Offre de post-doc à GEOLAB (Limoges) sur un Observatoire des rivières vivantes

Animation de l’observatoire rivières vivantes

Chaire Capital Environnemental et Gestion Durable des Cours d’Eau,

GEOLAB UMR 6042 CNRS,

Université de Limoges

La Chaire Capital Environnemental et Gestion Durable des Cours d’Eau* a initié un projet appelé «rivières vivantes». Nous définissons les rivières vivantes comme les rivières qui ont une vie sociale; elles correspondent à des rivières qui sont intégrées dans la culture, les institutions et la politique des individus vivant dans un bassin versant. L’objectif du projet est de développer un programme à long terme qui permet de dresser un bilan de – et d’encourager – l’implication et la participation des citoyen/nes dans la vie de leur rivière. Le postdoctorant participera activement à la mise en place de l’observatoire des rivières vivantes, qui est un élément important du lancement de ce projet.

Nous travaillons principalement sur deux bassins versants expérimentaux: la Dordogne et la Têt (Pyrénées Orientales) marqués par un contraste dans leurs caractéristiques physiques et sociales.

La tâche principale du / de la titulaire de ce postdoc sera d’observer et de travailler avec l’ensemble des acteurs de ces bassins pour identifier les différents types et degrés d’implication des citoyens dans la vie des cours d’eau. Nous sommes particulièrement intéressés par trois types de participation citoyennes: i) les activités culturelles associées aux rivières, ii) la participation formelle des citoyens au instances officielle de gouvernance associée aux rivières, iii) la participation informelle ou non-institutionnelle dans la politique ou la gestion des rivières.  Le postdoctorant sera amené à alimenter le site web de l’observatoire, il lui faudra donc être familier avec les outils du web (des connaissances dans les technologies et langages du web seront un plus).

En outre, le postdoc sera chargé de travailler avec d’autres chercheurs associés à la chaire, de coordonner des réunions et de développer des publications universitaires associées au projet.

 

Exigences : Un doctorat en sciences sociales et un permis de conduire.

Durée: 18 mois

Date d’embauche : Dès qu’un candidat approprié sera sélectionné

Pour faire acte de candidature veuillez envoyer les documents suivant avent le 31 octobre :
– Votre C.V.
– Une seule page décrivant votre recherche / travail à ce jour et les raisons qui vous poussent à candidater.
– Deux lettres de recommendation
Questions et candidatures à adresser à james.linton@unilim.fr avec «postdoc rivières vivantes» dans le sujet.

Les entrevues pour le poste auront lieu à partir du 7 novembre.

E-poquo

Gabrielle Bouleau, ingénieure-chercheuse en science politique, spécialiste des politiques publiques de gestion des ressources naturelles (eau, forêt), est réalisatrice d’une « émission politique du quotidien » dans laquelle elle se met en scène pour présenter en quelques minutes ce que le sciences sociales peuvent nous apporter pour la compréhension des enjeux de sociétés.

Aujourd’hui, nous relayons une vidéo intitulée « Vive le débat d’experts! » qui  déconstruit la représentation contemporaine du risque dans nos sociétés en posant différentes questions : vaut-il mieux une seule expertise centralisée ou bien plusieurs modèles pour des usages différents ? La pluralité est-elle source de confusion ou un gage de robustesse ?

La gestion de l’eau en conférence gesticulée

Une conférence gesticulée est une forme scénique mélangeant du savoir et de l’humour sur un sujet précis. Des connaissances sont ainsi énoncées sur une scène par des acteurs/professeurs. Cette forme d’éducation populaire est intéressante car elle traite de sujets importants (de l’eau en l’occurrence) tels que le mode de traitement des eaux, l’idée des toilettes sèches, la municipalisation de la gestion ect avec de l’humour et de l’auto-dérision.

Un exemple avec cette vidéo (un peu longue mais réussie) datée de 2013 : https://www.youtube.com/watch?v=hijW2y13RZg

A quand une conférence scientifique gesticulée ?

Rencontre de l’eau « Eau et urbanisme : concevoir une ville durable. Le 24 novembre 2016 à Tours

colloqueaelb

L’agence de l’eau Loire-Bretagne organise le 24 novembre 2016 à Tours une rencontre de l’eau « Eau et urbanisme : concevoir une ville durable

Les objectifs de cette rencontre :

–        apporter des informations par le partage d’expériences et de témoignages

–        être concret, donner envie de concevoir l’espace urbain en intégrant l’eau

–        mettre en valeur les services rendus par les écosystèmes

–        montrer que c’est possible

–        croiser les regards des professionnels de l’eau, de l’urbanisme et des élus

–        créer des passerelles entre acteurs de l’eau et urbanistes

Cette rencontre s’adresse aux techniciens et élus des collectivités, acteurs de l’eau, acteurs de l’urbanisme, de l’aménagement et du développement urbain.

Voir le programme

S’inscrire en ligne

Appel à projet Suez 2016

« SUEZ lance son 3 ème appel à projets le 12 septembre 2016, clôturé le 31 décembre 2016, ouvert à des initiatives individuelles ou collectives portées par des associations, des entrepreneurs, des chercheurs, etc. SUEZ accorde une dotation financière aux projets présentant un réel effet de levier et les accompagnera pour contribuer à leur promotion et leur développement. »

Plus d’informations via ce lien :

http://www.lyonnaise-des-eaux.com/Agir-pour-la-Ressource/L-appel-a-projets

Critique du film « La Terre éphémère » (2014) de George Ovashvili

Derrière ce titre poétique se cache un film géorgien à l’esthétique épurée contant le labeur agricole d’un vieil homme et de sa petite fille sur une bande de terre fertile formée par la décrue printanière au milieu du fleuve Inguri.

Les sols d’alluvions sont pétris de limons garants d’une productivité certaine en raison notamment d’une bonne réserve utile et d’une faible quantité de pierre. Ayant manifestant conscience et l’habitude de ce type de terrain, les deux personnages investissent ce bout de terre après chaque débarquement du continent en construisant d’abord une cabane, en piochant la terre puis en disséminant les graines de maïs pour les faire germer durant l’été.

Le film suit ainsi leurs péripéties au gré de la météo et de la situation géopolitique tendue dans laquelle nage ce morceau de glèbe. Implanté à équidistance de la Géorgie et de l’Abkhazie, territoire sécessionniste depuis 1992, cette terre cultivable est cernée de temps à autre par le passage d’embarcations militaires géorgiennes, abkhazes et russes à la recherche de la moindre étincelle pour déclencher de nouveau les hostilités.

Ce film mérite d’être visionné pour trois raisons principales. La démarche contemplative nous permet de nous transporter dans ces paysages de vallée, néanmoins relativement proches des montagnes. Le travelling de la caméra épouse certains gestes archétypaux de cette pratique agricole relativement physique mais bienveillante envers cette terre dont les personnages prennent soin, conscients de leur dépendance envers elle pour se nourrir.

Sur un plan socio-géographique, cette expérience de terre émergée dépeint le quotidien de nombre terriens dépendant des mouvements des fleuves pour cultiver des terres aussi fécondes que fragiles. En effet la scène finale (remarquable dans sa reconstitution) rend parfaitement compte des évolutions géomorphologiques et de l’inondation progressive de cette bande de terre jusqu’à son immersion sous la lame d’eau. Le film nous rappelle ainsi l’existence (non-idéalisée) de mode de vie bien loin du modèle productiviste de certaines sociétés.

Enfin malgré son caractère taiseux, ce film invite à la réflexion sur la relation Homme-Nature appelée aussi socio-nature en sciences sociales, sur le rôle du fleuve en tant que frontière ‘naturelle’/politique ? La relation entre les sciences et l’art cinématographique n’est pas en reste avec un potentiel empirique et imaginaire/esthétique incontestable.

La bande-annonce est à visionner ici : http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19549563&cfilm=229885.html

Ps : Néanmoins ce film pourra être ennuyeux pour ceux ou celles qui n’auraient pas l’habitude des films aux rythmes lents.

Sécheresse et gestion de l’eau

De plus en plus de préfectures réduisent voire interdisent le prélèvement d’eau dans certains cours d’eau touchés par la sécheresse depuis plusieurs semaines. L’article suivant rend compte de la vulnérabilité de la situation : http://www.actu-environnement.com/ae/news/secheresse-sols-superficiels-ressource-eau-25056.php

Que faire dès lors pour améliorer l’existant ? L’article propre une meilleure « gestion quantitative de la ressource en eau ». Quésaco ?

Pollutions croissantes de fleuves dans le monde

Suite à la semaine mondiale de l’eau (http://www.worldwaterweek.org/) de la semaine passée, un rapport (http://www.wwqa-documentation.info/report.html) sur la qualité de certains fleuves en Asie, Afrique et Amérique du Sud décrit une qualité d’eau en nette régression. L’article de presse suivant révèle quelques éléments : http://www.environnement-magazine.fr/article/48024-les-fleuves-d-afrique-d-asie-et-d-amerique-sont-de-plus-en-plus-pollues/

Cela s’explique t-il seulement par une préférence pour le quantitatif et la distribution de l’eau ? Ou des raisons peuvent être trouvées en rapport avec le modèle économique, une démographie galopante, des infrastructures insuffisantes, une culture de l’eau défaillante, des normes trop souples … ? Les enquêtes en sciences sociales ont de l’avenir…

 

 

Inondations en France méditerranéenne : éduquer pour ‘mieux’ agir ?

L’Etat lance une campagne de sensibilisation envers les pluies dites rapides et intenses menant parfois à des inondations dans le sud de la France.

Cultures du risque et/ou biopouvoir ? Pour se forger une opinion, les éléments sont à retrouver via ce lien : http://www.developpement-durable.gouv.fr/Lancement-de-la-campagne-pluie.html