Journée mondiale de l’eau – 22 mars 2017 – « Pourquoi gaspiller de l’eau ? »

Aujourd’hui, mercredi 22 mars 2017 est déclarée Journée Mondiale de l’Eau par les Nations Unies. Cette année, ces journées ont pour thème principal les eaux usées, et principalement la problématique de leur réutilisation. Plusieurs actions seront menées à travers le monde, on peut les retrouver sur cette carte interactive.

A cette occasion sera présenté le rapport 2017 des Nations Unies intitulé « Les eaux usées : une ressource inexploitée », consacré à la question de la réutilisation des eaux usées lors d’une conférence organisée à Durban, en Afrique du Sud.

En complément, un lien vers un article du Monde sur « le nouvel or noir » que constituent les eaux usées selon l’ONU.

Une rivière dotée de la personnalité juridique en Nouvelle-Zélande

Une information aussi surprenante qu’intéressante : le parlement néo-zélandais a voté une loi dotant la rivière Whanganui de la personnalité juridique facilitant des actions pour défendre l’intérêt du cours d’eau et de régler des conflits. Concrètement, deux administrateurs ont été nommées : l’un représente l’Etat et l’autre une tribu maorie dont l’histoire et les activités sont fortement liées à la rivière. Un article en anglais du New-Zealand Herald, à lire par via ce lien.

Post-doc sur les crues (Paris)

Intitulé du sujet : « Anticiper le relèvement post-catastrophe en cas de crue centennale de la Seine dans la métropole francilienne : du diagnostic systémique aux recommandations opérationnelles »

La date limite d’envoi des dossiers de candidatures est fixée au mardi 18 avril 2017 (inclus).

Description du poste

Dans le cadre de l’élaboration de la Stratégie Locale de Gestion du Risque Inondation (SLGRI) sur le TRI métropole francilienne, les pouvoirs publics doivent intégrer à leur planification la gestion de la période post-crise en cas de crue majeure de la Seine. Pour les aider dans cet objectif, il est nécessaire d’identifier les secteurs stratégiques du relèvement post-catastrophe ainsi que les ressources nécessaires au redémarrage des activités. Ce travail de diagnostic passe par une prise en compte des temporalités du relèvement post-crise (décrue, pompage, séchage, nettoyage, redémarrage, remise en état, réhabilitation, restauration et reconstruction). L’objectif est de caractériser les actions à mener et les priorités à définir. Étant données la nature et la densité des enjeux, l’approche développée s’inscrit dans une analyse systémique afin d’identifier les interactions entre les secteurs clés du relèvement post-catastrophe. Les cas spécifiques des déchets et du réseau d’assainissement seront étudiés de manière approfondie afin, d’une part, de tester le modèle de relèvement élaboré, et d’autre part, de formuler des recommandations opérationnelles pour anticiper la gestion de la post-catastrophe. Le ou la post-doctorant(e) sera accueilli au Laboratoire de Géographie Physique au sein de l’équipe 2 « Dynamiques actuelles des milieux : réponses aux changements environnementaux et risques » et co-encadré(e) par Magali Reghezza (LGP) et Edwige Dubos-Paillard (Géographie-cités).

Fondamentalement pluridisciplinaire, ce travail part du postulat que la gestion des déchets et du réseau d’assainissement ont des conséquences sur la durée de la transition entre la fin de la période d’urgence et le début des opérations de relèvement. L’originalité de ce travail réside dans l’approche à la fois fondamentale (approche systémique de la post-catastrophe) et appliquée, qui a pour objectif de produire des éléments de référence pour l’aide à la décision en situation d’incertitude. Le travail du post-doctorant aura pour point de départ un état des connaissances à l’échelle mondiale qui sera ensuite confronté aux besoins du territoire francilien. L’objectif est d’identifier les blocages et leviers d’actions possibles et de formuler des recommandations. Des collaborations sont déjà formalisées avec les acteurs opérationnels (Zone de défense de la Préfecture de Police de Paris et DRIEE Île-de-France). De nouveaux partenariats pourront être établis avec l’EPTB Grands Lacs de Seine, les opérateurs de réseau ou la ville de Paris. La participation aux groupes déchet et assainissement de la Stratégie Locale de Gestion du Risque Inondation (SLGRI), dont les travaux portent sur la gestion de la continuité de service, est acquise. Des partenariats sont aussi envisagés avec les équipes de recherche travaillant sur des thématiques connexes (travaux en cours sur la perception du risque en Val de Marne au LGP, post-doctorat sur les effets dominos au LATTS, projet RAITAP du CEREMA).

Compétences et aptitudes requises

Le profil s’adresse à un(e) géographe ayant de solides bases conceptuelles sur les risques (si possible sur le risque inondation), ayant déjà pratiqué des approches systémiques et eu plusieurs expériences de terrain (si possible sur des terrains variés). Une expérience sur la post-crise ou post-catastrophe serait un plus. Le (la) post-doctorant(e) sera amené(e) à rencontrer des acteurs du monde opérationnel, et devra par conséquent être à l’aise à l’oral, avec une grande expérience de la conduite d’entretien avec les acteurs.

Informations complémentaires

Début du contrat : le 1er septembre 2017

Durée du contrat : 1 an

Responsable du/de la post-doctorant(e) : Magali REGHEZZA (LGP), Edwige DUBOS-PAILLARD (Géographie-cités)

Laboratoires d’affectation : Laboratoire de Géographie Physique, UMR 859 – 1 place Aristide Briand, 92195 Meudon

Rémunération nette mensuelle : environ 2 324 €

Contact :

La date limite d’envoi des dossiers de candidatures est fixée au mardi 18 avril 2017 (inclus).

 

Parution aux éditions Quae d’un ouvrage sur « Les rivières urbaines et leur pollution »

Ce travail est le fruit d’un programme de recherche interdisciplinaire en sciences de l’environnement et en sciences sociales, sur les relations entre la dégradation de la qualité de l’eau et des milieux aquatiques de quatre villes européennes Berlin, Bruxelles, Milan et Paris.

Auteurs : Laurence Lestel et Catherine Carré (coord)

Résumé :

En deux siècles, les rivières traversant les villes européennes sont passées de réceptacle de tous leurs rejets à un milieu aquatique vivant, à préserver et à intégrer à la ville. Pour autant, ce retournement de perspective s’est produit alors que l’urbanisation et l’industrialisation conjointe des villes depuis le XIXe siècle avaient entraîné le sacrifice de leurs rivières. Les quatre métropoles de Bruxelles, Berlin, Milan et Paris ont été choisies car situées sur des rivières ayant un débit faible, voire très faible. Elles ont généré pendant longtemps des pressions telles que le fonctionnement des rivières s’en est trouvé modifié, au point de compromettre la préservation de leurs fonctionnalités. Avec un regard interdisciplinaire — entre écologie, hydrologie et sciences sociales — les auteurs reconstruisent ici la connaissance qu’ont eue les sociétés du fonctionnement de ces rivières, décrivent les techniques de surveillance des cours d’eau et énumèrent les actions menées pour améliorer leur état. Puis ils évaluent l’efficacité des réponses apportées, à travers l’évolution de l’état des rivières et de leurs populations piscicoles, utilisées ici comme traceur des pressions exercées et des réponses du milieu aquatique. Ces études de cas illustrent la diversité des trajectoires des couples ville-rivière et l’absence de causalité entre la connaissance de la qualité des cours d’eau, leur surveillance et les décisions prises. Elles révèlent l’importance des choix politiques pour ces quatre villes — indépendamment des moyens financiers et techniques disponibles — et fournissent un retour d’expérience pour les très grandes villes du monde qui se retrouvent, un siècle plus tard, confrontées aux mêmes défis.

Les eaux dans la campagne présidentielle

La campagne des élections présidentielles de 2017 n’a jusqu’ici pas permis de traiter les enjeux liés aux eaux. Seuls quelques événements isolés ou propositions peu relayées ont parfois tenter de les interpeller/de donner la parole à des candidats pour s’exprimer ( exemples : http://www.liberation.fr/evenements/31-forum-quand-l-eau-revele-le-monde/ ; https://www.partenariat-francais-eau.fr/5-propositions-pour-leau-et-lassainissement-pour-tous-presidentielles-2017/ ; http://www.solidarite-laique.org/informe/pour-un-pacte-de-solidarite-et-de-developpement-durable-en-2017/ ) sans succès médiatique notable.

Il ne faut pas s’en offusquer, loin de là, dans la mesure où cela est assez habituel à une exception près (avec R. Dumont en 1974 : http://www.ina.fr/video/I09167743) ou peut-être deux (Pacte écologique en 2007). Il est aisé d’ailleurs de reconnaître qu’il est impossible d’intégrer aux programmes de campagne lesmilliers de sujets – dont les eaux font partie – susceptibles d’être évoqués. La mobilisation de certaines thématiques (économie, impôts, sécurité…) témoigne d’une priorisation des enjeux et de stratégies politiques. Force est de constater que l’eau n’est pas une priorité .

D’un certain côté, il faut s’en réjouir car cela signifie que le niveau de sa qualité et de sa quantité n’est pas considéré comme suffisant alarmant pour devenir dans l’espace public un enjeu politique d’envergure nationale suffisamment mobilisateur pour intéresser l’électorat.

D’un autre côté, il faut le regretter car, par ce silence, les enjeux liés aux eaux ne sont guère discutés et donc politisés publiquement. Encore aujourd’hui, ces sujets semblent être considérés comme purement techniques (choix des infrastructures, technologies, gestion de l’énergie et de l’irrigation via des barrages) aux yeux du grand public (voire pour une partie des élus ?) alors même que nombre de ces sujets sont in fine politiques (priorisation des sujets de gestion, choix de financer tel projet, choix de respecter telle réglementation ou Directive Européenne en la matière au détriment d’une autre …).

Quelques sujets en rapport avec les eaux ont été abordés ces derniers mois par les différentes instances de la sphère juridico-politique-médiatique (gestion des effets de l’affaire dite de SIVENS, droit à l’eau, application de la GEMAPI, gestion suite aux épisodes de sécheresse ou d’inondation, continuité écologique, intégration de l’ONEMA dans l’AFB…) mais aucun n’a surgi dans la campagne présidentielle. Il semble que nous devions attendre une future loi sur l’eau lors de la/les prochaines législature(s) pour assister à une discussion d’ordre général sur le devenir de l’administration des eaux.

C’est bien dommage car à défaut de se contenter de quelques expressions dans la presse en rapport à l’eau (le navire prend l’eau’, ‘le programme tombe à l’eau’ ou encore ‘tout part à vau-l’eau’), l’équipe du blog aurait été ravi de :

rendre compte et de comparer les programmes politiques en rapport avec les eaux

comprendre ce qu’est un programme/un projet sur les eaux de ‘droite’-de ‘gauche’-du ‘centre’-des ‘extrêmes’

d’analyser sur un plan discursif ce qui est inclus et exclus dans la ‘nature’, l’’écologie’, les ‘eaux’ par les différents candidat(e)s.

comparer les desseins et visions de la France/de l’Europe/du monde en rapport aux eaux

Peut-être pour une prochaine fois.

A défaut de cela, voici un rappel des dates du 1er tour (22 avril 2017) et du second (6 mai 2017) tour des présidentielles.

jap

Ecole d’été « Climat Autour du 2°C » (Grenoble) en juin prochain

Du 12 au 16 juin 2017, près de Grenoble, se tiendra la première école d’été « Autour du 2°C » qui portera sur les enjeux de l’interdisciplinarité de la recherche sur le changement climatique. L’eau peut être représentée.

Le site internet de l’événement est accessible à cette adresse: www.communaute-univ-grenoble-alpes.fr/2degres

Cette école est ouverte aux doctorants, post-doctorants, enseignants-chercheurs et chercheurs issus des différentes disciplines en lien avec le changement climatique, mais aussi aux collectivités territoriales et au secteur privé.

Les conséquences attendues de l’école thématique « Autour du 2°C » sont :

  • de contribuer à la réflexion sur l’émergence de nouvelles questions de recherche et à la structuration d’un nouvel agenda de recherche sur le climat à la suite de l’Accord de Paris ;
  • de partager une réflexion sur l’émergence de nouveaux défis pour articuler progrès des connaissances et objectifs du développement durable dans un monde en transition rapide;
  • de contribuer à la construction d’une communauté interdisciplinaire sur les questions climatiques pour élargir les horizons de recherche et favoriser le dialogue avec le monde non académique intéressé ou concerné par les conséquences du réchauffement climatique et par les moyens de le limiter ou d’en contrôler les effets ;
  • de renforcer et développer les capacités d’analyses et les réseaux collaboratifs des jeunes chercheurs  français ou issus de pays en développement (Afrique, Amérique du Sud), grâce à la diversité des intervenants de l’école thématique
  • de faire émerger de nouveaux cursus interdisciplinaires de formation académique autour des changements globaux.

Les candidatures pour participer, proposer une présentation de ses travaux, ou un atelier interdisciplinaire sont à envoyer via le site internet (www.communaute-univ-grenoble-alpes.fr/2degres) avant le 15 avril 2017.

Loi NOTRe : Maintien de la gestion communale de l’eau ?

Un amendement vient d’être adopté en première lecture au Sénat et propose de maintenir les compétences eau et assainissement optionnelles pour les Communautés de communes et d’agglomération.

Affaire à suivre : http://www.environnement-magazine.fr/article/49087-loi-notre-le-senat-favorable-a-ce-que-les-competences-eau-et-assainissement-demeurent-optionnelles/

Apér-Eau scientifique organisé par le Rés-EAUX

Le Réseau d’études et d’échanges en sciences sociales sur l’eau (Rés-EAUx) a le plaisir de vous inviter à un Apér-EAU scientifique. Stéphane Tonnela (CNRS, UMR LAVUE) présentera ses travaux sur :

Retrouver le bayou pour sauver la Nouvelle-Orléans de la noyade
Cet Apér-EAU sera accueilli par la Péniche Antipode le mardi 21 mars 2017 à 19h 
Péniche Antipode, face au 55 quai de la Seine – Paris 19ème (75019).
Plus d’information sur le site du Rés-EAUx.

Doctoriales de l’histoire de l’énergie en juillet prochain

Le Comité d’histoire de l’énergie organise ses 3e doctoriales, à Paris, du 10 au 12 juillet 2017. Le thème retenu cette année est Énergie et patrimoine. Durant ces trois jours, de jeunes chercheurs se rencontreront, discuteront et travailleront sous la direction d’universitaires et chercheurs confirmés. Il s’agit de créer des réseaux durables entre les étudiants en sciences humaines et sociales qui s’intéressent à l’énergie grâce à des ateliers, mais aussi des visites thématiques.

Les informations complémentaires sont disponibles via ce lien :

http://fondation.edf.com/actualites/les-3e-doctoriales-de-l-histoire-de-l-energie-580.html

RAPPEL : Trophée HydroJeune

L’appel à candidature au Trophée Hydro Jeune est toujours d’actualité.
Cet appel s’adresse aux : Jeunes scientifiques (chercheurs, universitaires, post-docs, doctorants), jeunes ingénieurs et techniciens des secteurs public et privé âgés de moins de 40 ans au 1er janvier 2017.

Les projets présentés dans le cadre du Trophée HydroJeune seront exposés sur le Salon HydroGaïa et les meilleurs seront inscrits au programme des Journées Avenir de l’Eau pour une communication orale.

L’année dernière le trophée a été décerné à Erin et Leah Kunkel pour leur projet visant à réduire le gaspillage des ressources en eau dans les pays développés en s’appuyant, notamment, sur les réseaux sociaux et les applications que chacun peut télécharger sur son smartphone.

Modalités sur le site : http://www.im2e.org/