Appel à communication

Colloque annuel de l’Association of American Geographers 2017 Meeting, Boston, MA, April 5-9.

Session intitulée : “Critical geographies of lands and waters in the midst of global changes”.

Organisateurs : Julie TROTTIER (CNRS, UMR ART-Dev, Paul Valéry University) Olivia AUBRIOT (CNRS, Centre for Himalayan Studies), Sara FERNANDEZ (IRSTEA, UMR GESTE)

The paper session will bring together four to five presentations.
Please send paper titles, abstracts (250 words) to the session organizer Julie Trottier ( by Friday October 21th. Decisions will be made by Tuesday October 25th. Selected participants will be later required to send the Presenter Identification Number (PIN) associated to their paper and provided by the AAG website.
Authors need to submit paper abstract through the AAG website to obtain the PIN (deadline October 27th). Guidelines for preparing abstracts are available at:

Content and objectives:
Social interactions relating to land and water are currently being deeply reshaped by various factors such as climate change and climate change related policies, new irrigation technologies, environmental conservation programs, fast evolving national legislations concerning land and water, similarly fast evolving contexts of legal pluralism concerning land and water, and large scale agricultural investment projects. This session brings together papers to discuss the study of small-scale farmers involved in food production facing such global changes. We define “small scale farmers” as those actors rooted in their spatial context because delocalizing their production at a global scale is not a strategy they can or will contemplate. This session aims at enriching the literature on land and water tenure, on the formal and informal rules shaping access to them, and on the manner assemblages of power, politics and science are molding water and land governance. Focusing on farmers, this session questions the sociopolitical, as well as spatial and environmental dimensions of partially overlapping appropriations of land and water and their transformations.
Anthropologists have long engaged with land tenure, i.e. the social relations among humans governing their interactions with land. They have demonstrated land was not only about property and agricultural production, but was also embedded in a diversity of social hierarchies and practices (Le Roy 2011; Ferguson 2013). To extend such a framework of analysis, S. Hodgson (2016) recently coined the term “water tenure” – the social relations among humans, whether legally or customarily defined governing their interactions with water. Land and water have mostly been studied completely separately from each other. Only recently, scholars have engaged in the analysis of the interconnection between land and water tenure through the prism of critical political ecology as well as science and technology studies (Trottier 2015). Critical political ecology goes beyond the epistemology offered by the critique of capitalism (Forsyth 2002). It allows us to questions the political dimensions of land and water tenure. It aims at situating environmental claims better, by highlighting their political and social framings and their impacts on socionatures. Building on STS approaches, it questions already made categories such as State, market or local communities to promote alternative framings of environmental degradation and alternative knowledge production (Forsyth 2002). Indeed, STS provides concepts and methods to grasp the coproduction of the natural and the social order (Jasanoff 2004). It also allows us to explore civic epistemologies, i.e. the processes through which a society selects and deploys scientific claims (Jasanoff 2005).
The study of upheavals in land and water management tends to follow fashionable trends. The privatization of water utilities and the controversies surrounding large dams were the object of a prolific literature in the 1990s and 2000s. Since 2009, a rich literature emerges concerning large scale land appropriation (Chouquer 2012). Such topics deserve our interest, of course, but the massive attention they receive leads researchers to privilege what may sometimes prove to be an epiphenomenon. It leads researchers to neglect other mechanisms that are just as important.
Emerging scholarship studies land and water simultaneously, harnessing the approaches of critical political ecology that integrate science and technology studies (Trottier 2015). It expands our understanding beyond highly publicized phenomena such as land grabbing or water privatization. It empowers us to include less visible mechanisms such as contract farming, unintended effects of climate change and environmental policies, as well as significant power struggles around land or water management technologies (Fernandez 2014; Woodhouse 2012). It enables a multi-scalar analysis key to the understanding of the changes farmers are facing. Yet, numerous methodological questions arise, especially to grasp the role of space and place, the material and political dimensions of water flows, as well as the interactions of a multiplicity of discourses, institutions, and identities regarding both land and water.
For this paper session, we encourage diverse perspectives that expand methodological and conceptual insights to the transformation of land and water in the context of global changes. We invite presentations that consider different scales – local, regional as well as national or transnational – and bring insights from a diversity of case studies.
We are particularly interested in empirically grounded case studies including, but not restricted to:
•    The use of science and technology studies and critical political ecology to understand water and land, or both, within the political and spatial constructions they are embedded in.
•    Socio-spatial and political analysis of land and water uses in rural spaces in the context of local or international migrations, urbanization, or in “post-conflict” areas.
•    Analysis of the multi-scalar interactions between technical or technological options – such as the rehabilitation, abandonment or transformation of irrigation systems – and power struggles.
•    Methodological proposals to study the interconnection of land and water.
•    Etc.

Keywords: Critical Political Ecology; STS; water tenure; food production; land tenure; resource appropriation

Chouquer, G. 2012. Terres porteuses. Entre faim de terres et appétit d’espace. Errance. Actes Sud.
Ferguson, J. 2013. « How to Do Things with Land: A Distributive Perspective on Rural Livelihoods in Southern Africa ». Journal of Agrarian Change 13 (1): 166 74. doi:10.1111/j.1471-0366.2012.00363.x.
Fernandez, S. 2014. « Much Ado About Minimum Flows… Unpacking indicators to reveal water politics ». Geoforum 57: 258 71. doi:10.1016/j.geoforum.2013.04.017.
Forsyth, T. 2002. Critical Political Ecology: The Politics of Environmental Science. London ; New York: Routledge.
Hodgson, S. 2016. « Exploring the concept of water tenure ». Land and Water Discussion Paper 10. Rome, Italy: FAO.
Jasanoff, S. 2004. « The idiom of co-production ». In States of Knowledge: the co-production of science and social order, Routledge, 1:13.
Jasanoff, S. 2005. Designs on Nature: Science and Democracy in Europe and the United States. Princeton University Press.
Le Roy, E. 2011. La terre de l’autre. Une anthropologie des régimes d’appropriation foncière. Droit et société. L.G.D.J.
Trottier, J. 2015. « Les trajectoires de l’eau et de la terre dans la construction des territoires ». L’Espace géographique Tome 45 (2): 97 102.
Woodhouse, P. 2012. « Foreign agricultural land acquisition and the visibility of water resource impacts in Sub-Saharan Africa ». Water Alternatives 5 (2): 208.

2 MOOCs sur la gestion de l’eau à visionner

Ils sont disponibles sur la plateforme COURSERA.

Le premier porte sur la gestion de l’eau en général et est organisé par l’Université de Genève :

Le second s’intéresse aux manières dont il est possible de concevoir des systèmes d’assainissement de l’eau, et est organisé par l’EPFL :

Conférence « Les inondations de Rennes » – 13 octobre 2016

Soirée mémoire sur les Inondations de Rennes le 13 octobre 2016 à 20h30

1966 et 1974, deux années marquées par les inondations les plus importantes de Rennes. Les traces dans la mémoire collective et les ressources patrimoniales sont nombreuses. Nadia Dupont, Yves Caro et Bernard Thomazeau apporteront leurs expertises, leurs regards et témoignages aux côtés du public.

Réservation conseillée au 02 23 40 66 00
Salle de conférences Hubert-Curien, Les Champs Libres, Rennes

Table ronde – Les accords liés à l’eau douce, et les droits humains d’accès à l’eau – Geneva Water Hub

Le 8 novembre 2016 à Genève. Dans le cadre de la « Geneva Peace Week », le Pôle eau Genève est fier d’organiser cette Table ronde sur les Accords liés à l’eau douce, et les droits humains d’accès à l’eau.

Normandie : à Caen, un colloque sur l’eau dans la région

Pour la première fois, un colloque va être consacré le vendredi 14 octobre 2016 à Caen (Calvados) à la ressource en eau en Normandie.

A l’initiative de l’association « Ecologie normande », un premier colloque sur l’eau en Normandie se tiendra le vendredi 14 octobre 2016 de 9h à 17h30 à Caen (Calvados) dans les locaux du conseil régional, à l’Abbaye aux Dames.

Gigantesque réservoir

Pour l’association, ce moment est important du fait que la Normandie possède un gigantesque réservoir d’eaux : nappes phréatiques, fleuves, rivières, littoral.
Les organisateurs du colloque, qui se tiendra en présence des principaux élus de la région, présentent l’eau comme « le lien permanent de notre qualité de vie ».

Agriculture et industrie

En raison du caractère traditionnellement agricole de la Normandie, à travers l’élevage en particulier, le colloque évoquera la question des produits de traitement, de moins en moins utilisés grâce aux efforts fournis par les agriculteurs.
Côté industrie, c’est l’influence de cette activité  sur la qualité de l’eau qui sera abordée. L’association « Ecologie normande » relève aussi que la loi prévoit un contrôle renforcé de la qualité de l’eau.

Tables rondes

Objectif : parvenir à une eau d’une qualité supérieure d’ici 10-15 ans. Autant de sujets qui seront débattus autour de trois tables rondes : la situation actuelle, les usages, le développement durable. La participation au colloque se fait sur réservation par mail en cliquant ici.


Cette semaine, une nouvelle vidéo E-Poquo de Gabrielle Bouleau sur la problématique du « préjudice environnemental » :

Est-il interdit ou autorisé de polluer ? Depuis 1810 c’est autorisé à condition de suivre des normes. Mais est-ce que ces normes nous protègent ? Qui paie en cas d’accident ? C’est un des enjeux de la loi sur la biodiversité…

Bon visionnage à tous :

Offre de post-doc à GEOLAB (Limoges) sur un Observatoire des rivières vivantes

Animation de l’observatoire rivières vivantes

Chaire Capital Environnemental et Gestion Durable des Cours d’Eau,


Université de Limoges

La Chaire Capital Environnemental et Gestion Durable des Cours d’Eau* a initié un projet appelé «rivières vivantes». Nous définissons les rivières vivantes comme les rivières qui ont une vie sociale; elles correspondent à des rivières qui sont intégrées dans la culture, les institutions et la politique des individus vivant dans un bassin versant. L’objectif du projet est de développer un programme à long terme qui permet de dresser un bilan de – et d’encourager – l’implication et la participation des citoyen/nes dans la vie de leur rivière. Le postdoctorant participera activement à la mise en place de l’observatoire des rivières vivantes, qui est un élément important du lancement de ce projet.

Nous travaillons principalement sur deux bassins versants expérimentaux: la Dordogne et la Têt (Pyrénées Orientales) marqués par un contraste dans leurs caractéristiques physiques et sociales.

La tâche principale du / de la titulaire de ce postdoc sera d’observer et de travailler avec l’ensemble des acteurs de ces bassins pour identifier les différents types et degrés d’implication des citoyens dans la vie des cours d’eau. Nous sommes particulièrement intéressés par trois types de participation citoyennes: i) les activités culturelles associées aux rivières, ii) la participation formelle des citoyens au instances officielle de gouvernance associée aux rivières, iii) la participation informelle ou non-institutionnelle dans la politique ou la gestion des rivières.  Le postdoctorant sera amené à alimenter le site web de l’observatoire, il lui faudra donc être familier avec les outils du web (des connaissances dans les technologies et langages du web seront un plus).

En outre, le postdoc sera chargé de travailler avec d’autres chercheurs associés à la chaire, de coordonner des réunions et de développer des publications universitaires associées au projet.


Exigences : Un doctorat en sciences sociales et un permis de conduire.

Durée: 18 mois

Date d’embauche : Dès qu’un candidat approprié sera sélectionné

Pour faire acte de candidature veuillez envoyer les documents suivant avent le 31 octobre :
– Votre C.V.
– Une seule page décrivant votre recherche / travail à ce jour et les raisons qui vous poussent à candidater.
– Deux lettres de recommendation
Questions et candidatures à adresser à avec «postdoc rivières vivantes» dans le sujet.

Les entrevues pour le poste auront lieu à partir du 7 novembre.


Gabrielle Bouleau, ingénieure-chercheuse en science politique, spécialiste des politiques publiques de gestion des ressources naturelles (eau, forêt), est réalisatrice d’une « émission politique du quotidien » dans laquelle elle se met en scène pour présenter en quelques minutes ce que le sciences sociales peuvent nous apporter pour la compréhension des enjeux de sociétés.

Aujourd’hui, nous relayons une vidéo intitulée « Vive le débat d’experts! » qui  déconstruit la représentation contemporaine du risque dans nos sociétés en posant différentes questions : vaut-il mieux une seule expertise centralisée ou bien plusieurs modèles pour des usages différents ? La pluralité est-elle source de confusion ou un gage de robustesse ?

La gestion de l’eau en conférence gesticulée

Une conférence gesticulée est une forme scénique mélangeant du savoir et de l’humour sur un sujet précis. Des connaissances sont ainsi énoncées sur une scène par des acteurs/professeurs. Cette forme d’éducation populaire est intéressante car elle traite de sujets importants (de l’eau en l’occurrence) tels que le mode de traitement des eaux, l’idée des toilettes sèches, la municipalisation de la gestion ect avec de l’humour et de l’auto-dérision.

Un exemple avec cette vidéo (un peu longue mais réussie) datée de 2013 :

A quand une conférence scientifique gesticulée ?

Rencontre de l’eau « Eau et urbanisme : concevoir une ville durable. Le 24 novembre 2016 à Tours


L’agence de l’eau Loire-Bretagne organise le 24 novembre 2016 à Tours une rencontre de l’eau « Eau et urbanisme : concevoir une ville durable

Les objectifs de cette rencontre :

–        apporter des informations par le partage d’expériences et de témoignages

–        être concret, donner envie de concevoir l’espace urbain en intégrant l’eau

–        mettre en valeur les services rendus par les écosystèmes

–        montrer que c’est possible

–        croiser les regards des professionnels de l’eau, de l’urbanisme et des élus

–        créer des passerelles entre acteurs de l’eau et urbanistes

Cette rencontre s’adresse aux techniciens et élus des collectivités, acteurs de l’eau, acteurs de l’urbanisme, de l’aménagement et du développement urbain.

Voir le programme

S’inscrire en ligne

Appel à projet Suez 2016

« SUEZ lance son 3 ème appel à projets le 12 septembre 2016, clôturé le 31 décembre 2016, ouvert à des initiatives individuelles ou collectives portées par des associations, des entrepreneurs, des chercheurs, etc. SUEZ accorde une dotation financière aux projets présentant un réel effet de levier et les accompagnera pour contribuer à leur promotion et leur développement. »

Plus d’informations via ce lien :

Critique du film « La Terre éphémère » (2014) de George Ovashvili

Derrière ce titre poétique se cache un film géorgien à l’esthétique épurée contant le labeur agricole d’un vieil homme et de sa petite fille sur une bande de terre fertile formée par la décrue printanière au milieu du fleuve Inguri.

Les sols d’alluvions sont pétris de limons garants d’une productivité certaine en raison notamment d’une bonne réserve utile et d’une faible quantité de pierre. Ayant manifestant conscience et l’habitude de ce type de terrain, les deux personnages investissent ce bout de terre après chaque débarquement du continent en construisant d’abord une cabane, en piochant la terre puis en disséminant les graines de maïs pour les faire germer durant l’été.

Le film suit ainsi leurs péripéties au gré de la météo et de la situation géopolitique tendue dans laquelle nage ce morceau de glèbe. Implanté à équidistance de la Géorgie et de l’Abkhazie, territoire sécessionniste depuis 1992, cette terre cultivable est cernée de temps à autre par le passage d’embarcations militaires géorgiennes, abkhazes et russes à la recherche de la moindre étincelle pour déclencher de nouveau les hostilités.

Ce film mérite d’être visionné pour trois raisons principales. La démarche contemplative nous permet de nous transporter dans ces paysages de vallée, néanmoins relativement proches des montagnes. Le travelling de la caméra épouse certains gestes archétypaux de cette pratique agricole relativement physique mais bienveillante envers cette terre dont les personnages prennent soin, conscients de leur dépendance envers elle pour se nourrir.

Sur un plan socio-géographique, cette expérience de terre émergée dépeint le quotidien de nombre terriens dépendant des mouvements des fleuves pour cultiver des terres aussi fécondes que fragiles. En effet la scène finale (remarquable dans sa reconstitution) rend parfaitement compte des évolutions géomorphologiques et de l’inondation progressive de cette bande de terre jusqu’à son immersion sous la lame d’eau. Le film nous rappelle ainsi l’existence (non-idéalisée) de mode de vie bien loin du modèle productiviste de certaines sociétés.

Enfin malgré son caractère taiseux, ce film invite à la réflexion sur la relation Homme-Nature appelée aussi socio-nature en sciences sociales, sur le rôle du fleuve en tant que frontière ‘naturelle’/politique ? La relation entre les sciences et l’art cinématographique n’est pas en reste avec un potentiel empirique et imaginaire/esthétique incontestable.

La bande-annonce est à visionner ici :

Ps : Néanmoins ce film pourra être ennuyeux pour ceux ou celles qui n’auraient pas l’habitude des films aux rythmes lents.