Soutenance de thèse Ingrid CANOVAS

 Titre de la thèse : « modélisation de la montée vers un état critique de la situation de basses eaux, sous forçages naturel et anthropique, en région méditerranéenne« .
– Résumé –
 
La démarche engagée propose d’aborder la question du manque ou de pénurie en eau (i.e. (in-)disponibilité en eau de qualité) au travers de l’étude des basses eaux.
Il s’agit ici de répondre à un triple objectif:
(1) identifier et compiler au sein d’une base de données spécifique les informations essentielles pour appréhender le phénomène ;
(2) caractériser l’état moyen des basses eaux, à partir de situations locales et par le biais de descripteurs statistiques robustes ;
(3) déterminer les modalités de son évolution vers des états critiques.
Ce travail conduit dans un premier temps au développement d’une modélisation probabiliste de l’offre et de la demande en eau, laquelle est conçue pour être déployée dans différentes échelles spatiales et dans différentes temporalités.
La ré flexion est ensuite étendue aux modalités méthodologiques et techniques pour l’élaboration d’indicateurs analytiques et d’indices synthétiques d’évaluation de la situation de tension sur la ressource.
En ce sens, trois indicateurs descriptifs de l’offre en eau ont été conçus, puis mis au regard des décisions administratives (niveau d’alerte activé – arrêté cadre sécheresse) sous format cartographique:
– un indicateur synthétisant l’écoulement superficiel journalier;
– un indicateur synthétisant la vidange souterraine journalière;
– un indicateur synthétisant le forçage climatique journalier.
La démarche aboutit ensuite à des outils numériques simples et intuitifs, mobilisables à des fins opérationnelles comme support d’aide à la décision pour la mise en place de mesures d’anticipation et de régulation, et transposables à tout territoire méditerranéen: – le Kindénogramme analytique ou la représentation graphique de l’état de criticité des variables d’offre, de demande et de perception de l’état de la ressource en eau;
– le Chrono-Kindénogramme ou la représentation graphique de l’évolution temporelle de l’état de criticité des basses eaux;
– le Kindénogramme synthétique ou la représentation graphique de l’état de l’offre, de la demande, de la criticité et  de la tension sur l’eau, en un lieu et à un moment donné.
12 décembre 2016 – 14H00 – Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse, 74 Rue Louis Pasteur, 84000 Avignon

Séminaires IRSTEA/AERMC  » Comment mieux associer les citoyens à la gestion locale de l’eau ?

Dans le cadre d’un projet avec l’Agence de l’Eau Rhône Méditerranée Corse, IRSTEA organise des séminaires d’une journée sur la participation des citoyens dans la gestion locale de l’eau. A l’heure de la réforme territoriale sur la gestion de l’eau et des réflexions nationales sur la participation, les gestionnaires concernés par la gestion de l’eau sont souvent confrontés à un certain nombre de contraintes lorsqu’ils veulent impliquer les citoyens. Ce séminaire vous proposera un état des lieux des méthodes participatives utilisées dans la gestion locale de l’eau en France. Il permettra aux participants de discuter des enjeux et des conditions de la participation, d’exprimer leurs besoins et de réaliser un premier prototype de plan de participation pour leur territoire. Suite au séminaire, les structures participantes disposeront de 3 semaines pour manifester leur intérêt et proposer un projet cible avec une trame participative. Trois terrains pilotes seront ainsi sélectionnés sur le bassin RMC pour être accompagnés par IRSTEA sur la mise en œuvre de leur projet participatif entre février 2017 et juin 2019. Les institutions concernées resteront maître d’ouvrage de ces processus participatifs sur leur territoire. Les frais de déplacement au séminaire sont à la charge des participants. Le déjeuner est pris en charge par les organisateurs.

 Inscription obligatoire au lien suivant : https://goo.gl/4VVKbt

http://www.rrgma-paca.org/veille-informative/veille/seminaires-irstea-aermc–comment-mieux-associer-les-citoyens-a-la-gestion-locale-de-l-eau-~1232.html

9 décembre 2016 : la Loire et son estuaire, quel fonctionnement demain ?

Dans la continuité de son action en faveur du partage des connaissances, le Président du GIP Loire Estuaire, Freddy HERVOCHON, a le plaisir de vous inviter à participer à la 8ème édition de la demi-journée scientifique « Rencontre autour de la Loire, de la Maine à la mer », intitulée « La Loire et son estuaire, quel fonctionnement demain ? ».

Après avoir partagé avec vous en 2015, les observations et évolutions constatées sur le fonctionnement de la Loire et de son estuaire, cette nouvelle édition s’attachera aux modélisations prospectives appliquées à ce même territoire,pour une approche locale des scénarii d’évolution en lien avec le changement climatique.

Cette rencontre se tiendra le vendredi 9 décembre 2016 de 14h00 à 17h30 à l’Ecole Centrale de Nantes.

http://www.loire-estuaire.org/accueil/actualites/10_52310/8eme_edition_de_la_demi_journee_scientifique_le_9_decembre_2016__la_loire_et_son_estuaire_quel_fonctionnement_demain_

9 décembre : journée GEMAPI

L’Association Rivière Rhône Alpes Auvergne organise le 9 décembre prochain à Alixan (gare Valence TGV) une journée technique d’information et d’échanges consacrée à la mise en œuvre opérationnelle de la compétence GEMAPI.

L’objectif de cette journée est de présenter, à travers différents retours d’expérience, des exemples concrets de collectivités ayant mis en œuvre la compétence GEMAPI sur leur territoire : réécriture de statuts, mise en place de la taxe GEMAPI, conventionnement EPCI / Syndicats mixtes…

http://www.riviererhonealpes.org/news/gemapi-gouvernance-et-ingenierie

 

Appel à communications pour un colloque à la fin juin 2017 intitulé « Si nous imaginons le devenir des cours d’eau, ils ressembleraient à… »

La Chaire Capital Environnemental et gestion durable des cours d’eau au sein du laboratoire GEOLAB à l’Université de Limoges organise un colloque les 28 et 29 juin 2017.

Celui-ci porte sur le lien entre l’imagination, le futur et les cours d’eau. Il ambitionne idéalement de faire dialoguer des chercheurs de diverses disciplines et des non-chercheurs pour imaginer ce que peuvent devenir les cours d’eau. Le texte de cet appel à communications est disponible ici : colloque 28-29 juin

Le comité scientifique de ce colloque est composé de : Barraud Régis (Université de Poitiers), Bravard-Jean Paul (Université Lyon II, CNRS), Honegger Anne (CNRS EVS – ENS Lyon) et de Lévêque Christian (IRD).

Enfin les propositions de communications sont à rédiger/dessiner sous la forme d’un résumé de une à deux pages maximum en version pdf et à envoyer jusqu’à la date limite du 29 janvier 2017 aux deux adresses mail suivantes : jacques-aristide.perrin@etu.unilim.fr et james.linton@unilim.fr

Vidéo du journal Le Monde sur les toilettes (sans eau) du futur

Après un rapide rappel historique du rapport des sociétés occidentales aux ‘toilettes’, cette vidéo évoque les pistes pour inventer des systèmes plus efficaces et plus ‘écologiques’. Vers (notamment) des toilettes sans eau généralisées d’ici 2050 ?

A retrouver ici : http://www.lemonde.fr/science-ca-tourne/video/2016/11/18/pourquoi-est-il-urgent-d-inventer-les-toilettes-du-futur_5033844_4987831.html

L’eau, en tant que bien commun, est constitutionnalisée en Slovénie

Le Parlement slovène a donné à un amendement sur l’eau une valeur constitutionnelle  le jeudi 17 novembre dernier.

Un article du journal La Croix rend compte de cette décision historique pour cet Etat assez peu commune dans le monde. Le journal rappelle que « seuls 15 États dans le monde avaient jusqu’alors inscrit le droit à l’eau potable dans leur Constitution » dont aucun en Union Européenne.

Article à consulter via ce lien : http://www.la-croix.com/Monde/Europe/En-Slovenie-l-eau-potable-devient-un-droit-constitutionnel-2016-11-18-1200804148

La prise en compte de l’eau lors des « COP »

La COP 22 qui a lieu à Marrakech en ce moment-même est l’occasion de revenir sur la prise en compte de la thématique « eau » lors de ces « Conferences Of the Parties » initialement destinées à la lutte contre le réchauffement de la planète et l’adaptation aux changements climatiques. Je vous propose une petite revue de presse sur cette thématique. Pour la première fois, lors de cette COP 22, une journée entière (mercredi 9 novembre) a été consacrée à la question de l’eau, une nouveauté considérée comme un « petit pas vers la prise en compte de l’eau« .

Une tribune signée Jean-Claude Oliva, directeur de la Coordination eau Île-de-France qui prône une meilleure prise en compte de l’impact des changements climatiques sur l’eau menaçant la « sécurité hydrique ». Il appelle ainsi à une gestion de l’eau plus décentralisée, permettant de mieux prendre en compte les besoins locaux. L’appel est complété par une invitation à penser également la soutenabilité de l’agriculture et environnementale de manière plus générale.

Enfin, la COP 22 est également l’occasion de rappeller la mise en place du Réseau international des parlementaires pour l’Eau, dont l’idée remonte au Forum Mondial de l’Eau de 2009. Au cours d’une courte interview, Sophie Auconie, ancienne parlementaire, présidente du Cercle français de l’eau et Gouverneure du Conseil mondial de l’eau (CME), revient sur la mise en œuvre du réseau.

Vivre sur une péniche est bon marché à Londres

Cet article de Courrier International (http://www.courrierinternational.com/article/royaume-uni-pour-vivre-moins-cher-vivons-sur-leau?utm_campaign=Echobox&utm_medium=Social&utm_source=Facebook#link_time=1478853295) nous apprend qu’habiter une péniche à Londres est moins cher qu’un appartement « classique ». Est-ce une tendance de court terme ou assistera-t-on à une généralisation et une amplification de ce phénomène durant le siècle ?

Les effets éventuels de l’élection de D. Trump sur la recherche

Exceptionnellement, l’article proposé ne traite pas de la gestion de l’eau en elle-même mais des influences éventuelles du monde politique sur la recherche (entre autres de l’eau). Il est à consulter ici sur le site du Courrier International.

De cet important résultat électoral peut découler une nouvelle orientation dans la gestion des eaux d’un pays voire, par mimétisme ou migration des idées, dans d’autres à terme. Un autre effet a trait à la recherche en raison d’une part de changement de priorisation des thématiques proposées par des instances gestionnaires, d’autre part de modifications de règles d’attribution de financement et par voie de conséquence, des résultats de cette même recherche sans parler de sa connivence avec les mondes économique et de l’ingénierie.

Dans le cas états-unien, l’étude de l’évolution des pratiques de recherche sur les cours d’eau sera « intéressante » à suivre pour identifier les éventuels changements de priorités et de financements, les potentielles recommandations d’orientation dans l’étude de sujets tels que le changement climatique, la biodiversité, les gros barrages, l’agriculture. L’évolution des carrières d’ « experts » clefs, des discours qu’ils porteront, du rôle des bureaux d’étude et think tank dans la gestion de l’eau made in USA est également à observer.

L’étude comparative avant/après élection pourrait ainsi révéler les accointances entre Sciences et Politiques et démontrer le poids de visions politico-scientifiques dans le devenir du gouvernement des eaux.