Séminaire: « L’eau un objet multi-facettes, indispensable et difficile à saisir » le 15 juin à Montpellier

Pour ceux qui seront à Montpellier pour les Doctoriales en sciences sociales de l’eau, une possibilité d’avant première: le séminaire organisé à la MSH de Montpellier par l’Association Nature Sciences Sociétés Dialogues (NSS Dialogues). Le séminaire interdisciplinaire sera introduit par Olivier Barreteau (UMR G-EAU) et animé par Anne-Laure Collard (UMR G-EAU) et Jamie Linton (UR GEOLAB)

Pour davantage d’informations: http://www.nss-dialogues.fr/IMG/pdf/NSS-D-Mpl_seance2.pdf 

Inondations en Ile de France: Exercice Sequana à la pratique à Ablon-Sur-Seine

En mars, Paris s’est préparée à la crue du siècle. Quelques semaines à peine après cet exercice – baptisé « EU Sequana 2016 » –, c’est une crue bien réelle à laquelle les habitants des rives de la Seine, entre autres, ont dû faire face. Les participants ont tout juste eu le temps de faire un premier bilan en mai, avant de mettre en pratique ce qu’ils venaient de tester.

Cliquez ici pour lire l’article

Changement climatique VS développement urbain

« Il existe aujourd’hui une tendance qui consiste à attribuer la cause de tous les impacts liés aux événements météorologiques au changement climatique. En réalité, ces deux ou trois prochaines décennies, l’augmentation de la vulnérabilité et de l’exposition aux aléas liée au développement économique et urbain aura une influence plus marquée sur le risque de catastrophe que le changement climatique. »

cliquez ici pour lire l’article

Construire une identité avec l’élément eau : une gageure ?

La visée d’un reportage sur le fleuve Dordogne, que S-Eau-ciétés mettra en ligne sur le blog en temps voulu si sa réalisatrice-chercheuse Emilie Cremin (GEOLAB, Université de Limoges, Chaire Capital environnemental et gestion durable des cours d’eau) et ses collègues (Natacha Jacquin, Jamie Linton) donnent leur accord, questionne un entêtant et intéressant sujet pour le monde de la recherche et au-delà : comment construire une identité avec/grâce/à travers l’eau ?

Cette vidéo-recherche rend compte de l’opinion des habitants vivant en bordure de Dordogne. Lors d’ateliers organisés dans plusieurs communes en haute Dordogne (amont), en Dordogne moyenne et en Dordogne Atlantique (estuaire), leurs paroles furent recueillies.

Carte de la Dordogne

Carte extraite du site http://sitepasite.free.fr/dordogne/dordogne_vallee_dordogne.html

Voici un bref résumé de l’ambition de ce projet achevé incessamment sous peu :

« Au cours du XXe siècle, les habitants du bassin versant de la Dordogne ont cohabité avec un fleuve en pleine transformation. Au travers de ce film, les habitants de la vallée reviennent sur l’histoire de leur fleuve : du temps de la navigation fluviale à celui de la construction des grands barrages dans les années 1940-1945. Bien que le fleuve ait changé, les habitants témoignent de leur attachement à des lieux où l’eau est toujours présente : les cœurs de village, les fontaines, les lavoirs ; les berges du fleuve sont des espaces de promenade, mais aussi des lieux de pêche et de tourisme… ».

L’élément le plus frappant – en rapport avec ce billet – est la manière dont chaque habitant interrogé parle de « sa » Dordogne et non de « la » Dordogne : du vécu des paysages fréquentés, des usages et agréments (baignade, pêche) présents aux environs de leurs habitations, de l’Histoire que chaque communauté a tissé avec un fragment du fleuve.

En première analyse, on pourrait penser que cette appropriation locale est logique et attendue : chacun parle de ce qu’il connaît le mieux et observe quotidiennement, à défaut d’une vision d’ensemble (improbable) en termes de bassin versant. Cette dernière ne pourrait en effet qu’être l’apanage des gestionnaires (EPTB) avec un vocabulaire plus technique, administratif et global. Ainsi il serait aisé d’en déduire l’absence d’identité dordognote/dordognaise (?) homogène et unie et subséquemment l’existence d’identités hétérogènes dépendantes d’autres critères tels que par exemple les bassins de vie composant ce territoire fluvial. Il faudrait dès lors les additionner pour obtenir une vue d’ensemble tels un puzzle à (re)composer. Dans cette hypothèse (géographique), le déterminisme local primerait sur un déterminisme liquide : la navigation fluviale est alors le seul potentiel vecteur d’union pour recréer du lien via le tourisme ou le développement du transport fluvial…

La Dordogne n’est évidemment qu’un exemple et ce mode de raisonnement est reproductible sur nombre de cours d’eau suffisamment important en longueur comme la Loire (les habitants de Vichy parleraient-ils des mêmes choses que ceux de Tours …), le Rhône (les genevois auraient-ils le même discours identitaire que les valenciens), la Seine (idem entre les habitants du Morvan, de Paris ou du Havre), la Garonne (entre Toulouse ou Bordeaux, villes rivales du Sud-Ouest) ect.

En effet si déterminisme local il y a, il est intéressant de comprendre pourquoi, comment, à cause/grâce à quoi ? Comment se fait-il qu’historiquement des bassins de vie ne se soient pas constitués à l’échelle des bassins versants malgré le développement socio-économique conséquent de la France (bassins versants trop grands, discontinuités géographiques empêchant les échanges pérennes, identités culturelles/régionalistes rivales, raisons socio-politiques, volonté jacobine de ne pas favoriser l’identification de territoire ect) ? Quel a été le passé de ces territoires (de vie) et quels liens ont-ils tissés avec le fleuve pour qu’ils se construisent avec seulement une partie du tronçon du fleuve et contre/à côté des parties restantes du linéaire fluvial ?

Une autre perspective plus fédératrice est également possible pour analyser les relations eaux/identités. Elle soutiendrait l’idée que ces deux formes de déterminisme (local et liquide/fluvial) ne s’opposent pas frontalement mais se complètent. Pour cela, il faudrait donner des explications aux questions suivantes : en quoi et grâce à quoi l’existence physique et administrative de ces bassins versants a favorisé ou défavorisé la création, recréation ou maintien d’une identité fluviale/liquide ? Comment des problèmes détectés sur certains territoires du fleuve sont perçus par d’autres ?

Dans ces deux modes de réflexion, l’analyse scalaire ainsi que la considération des relations entre mondes sociaux et physiques ne sont pas les mêmes. Dans un premier cas, on privilégie le point de vue des habitants en partant du terrain/local pour ensuite tenter de voir plus large. Dans le second, les échelles sont itératives, monde social et monde physique sont intriqués pour comprendre in fine la diversité des identités dans leur unité.

Si l’on sait depuis bien longtemps que l’identité est un profond mélange de culture et de politique, démêler le sujet est profondément complexe et délicat dans la mesure où tout n’est pas mesurable, commensurable, évaluable, comparable lorsque l’on s’intéresse aux perceptions, sentiments, attachements.

Apporter des réponses à toute ces questions, autant que cela soit possible, permettrait d’identifier les risques (hiérophanie et mythification de l’eau, lutte territoriale hégémonique pour s’approprier/accaparer l’identité) et les bienfaits (meilleure connaissance des milieux aquatiques et des aménagements/technologies ?, interculturalité, construction de solidarité amont-aval, évolution des modes de gouvernance et d’élaboration de politique de l’eau) de la construction de cette identité socio-liquide.

Ps : ce questionnement ne concerne pas seulement les cours d’eau mais par ailleurs l’ensemble des eaux (eaux des villes, zones humides). L’identité d’une ville est vécue par ses habitants à travers ses fêtes, son patrimoine bâti, culinaire ou ses caractéristiques géographiques (collines, fleuves, littoral, parc…) mais trop peu (malgré quelques micro-tentatives comme les visites de quelques stations d’épuration lors des journées du patrimoine, la réhabilitation du patrimoine aquatique comme les lavoirs, la mise en bouteille  de l’eau du robinet et appellation de l’eau comme à Besançon ect) sur la qualité et le goût de son eau. Quand aurons-nous droit à une visite des égouts, des sites où se situent les nappes phréatiques ou la dégustation des eaux de ville pour comprendre ses spécificités culturalo-technico-physiques ?

jap

 

Un épisode du Dessous des cartes (Arte) consacré aux crues de la Seine

A retrouver via ce lien : http://www.arte.tv/guide/fr/060139-024-A/le-dessous-des-cartes?autoplay=1

Conformément au principe d’Arte+7, cette vidéo peut être visionnée durant seulement quelques jours (sept jours après sa diffusion sur la chaîne tv Arte). Ainsi pour les personnes intéressées, ne perdez pas de temps !