Offre stage

Problématique : Comment les acteurs les institutionnels et les représentants de la société civile appréhendent l’impact du développement urbain sur la qualité des cours d’eau ?

Le stage a pour objectif la réalisation d’une enquête sociologique en prolongement d’une thèse en sciences de l’eau portant sur l’impact du développement urbain sur les contaminations des eaux de surface. L’idée est de mieux comprendre les perceptions des acteurs du territoire en lien avec cette problématique essentielle pour les milieux aquatiques et la zone côtière. L’analyse sera basée sur du matériau déjà disponible et la réalisation d’entretiens semi-directifs complémentaires. Elle sera complétée par la co-organisation de deux  focus groups.

Contexte et objectif

Ce travail de master se situe dans la prolongement d’une thèse préparée au laboratoire HydroSciences Montpellier qui porte sur l’impact du développement urbain sur les contaminations des cours d’eau en contexte méditerranéen, avec une application sur le bassin versant du Lez et son sous-bassin du Verdanson. En effet,la zone urbaine de Montpellier génère de nombreux contaminants qui sont transférés dans le Lez et ses affluents par ruissellement sur les surfaces urbaines et débordements des réseaux d’assainissement. La thèse est l’occasion (1)d’acquérir des données pour identifier les contaminants présents sur le bassin versant et (2) de réaliser une modélisation hydrologique visant à simuler les flux de contaminants à l’exutoire du sous-bassin du Verdanson.

L’enquête sociologique aidera à la construction de scénarii de développement urbain qui seront intégrés dans le modèle hydrologique, mais l’ambition est d’aller au-delà.

En effet, dans le cadre de la thèse, une quinzaine d’entretiens ont déjà été menés avec les acteurs politiques, certains services de l’état, les services techniques de certaines collectivités territoriales ainsi qu’une association ayant une posture d’expert. Les premiers résultats ont montré qu’un dialogue entre sciences sociales et les sciences de l’eau était nécessaire pour la construction de scénarii de développement urbain réalistes, l’impact sur les contaminations étant avéré.

Ces recherches menées en amont représentent un matériau riche qui permettrait une analyse sociologique au-delà de la simple construction de scénarii pour la thèse en sciences de l’eau. Le stage de master vise à engager la réflexion dans ce domaine en exploitant les données déjà acquises tout en conduisant des entretiens complémentaires pour élargir le panel d’acteurs interrogés, et in fine, la réflexion. Une étude des controverses sur ces questions environnementales émergentes est à prévoir. L’organisation de deux focus groups permettra en outre de mettre en débat les résultats de la modélisation hydrologique, tout en offrant une occasion complémentaire d’observer les parties prenantes en situation.

Attendus

-Mémoire de Master (dont le cadrage sera discuté avec l’étudiant et son référent universitaire)

Planning prévisionnel

6 mois entre mars et septembre (possibilités de démarrage selon les contraintes de l’étudiant)

Impacts scientifiques

Ces recherches s’inscrivent dans le cadre de la proposition « Flux de contaminants et résistance aux antibiotiques dans l’Hydrosystème du Lez », qui vise à contribuer à la dynamique Zone Atelier « Petits Fleuves Côtiers Méditerranéens ».

Budget

Gratification de stage (6 mois – 550 €/mois environ)

Frais de mission de terrain (agglomération de Montpellier)

Accueil dans le laboratoire Hydrosciences (pour faciliter les interactions avec le thésard impliqué dans le projet)

Compétences recherchées

Master en SHS en cours d’obtention (sociologie, science politique, géographie ou anthropologie)

Curiosité pour l’interdisciplinarité

Connaissance des problématiques environnementales (et/ou des enjeux de planification territoriale)

Notions de sociologie des sciences, des risques et/ou du politique

Maîtrise des méthodes d’enquête qualitatives en SHS

Les candidature doivent être envoyées d’ici le 25/01/2019 à :

marie-george.tournoud@umontpellier.fr

christelle.gramaglia@irstea.fr

Appel à communication – Colloque Géohistoire des zones humides d’ici et d’ailleurs – Tulcea (3 au 8 juin 2019)

La date limite de remise d’une proposition est fixée au 15 février 2019

OBJECTIFS ET PROBLÉMATIQUES DU COLLOQUE

À l’instar du delta du Danube, les zones humides (deltas, littoraux, fleuves, lacs, rivières…) sont des « hot spots » pour la biodiversité. Ces milieux, soumis aux changements globaux, constituent des écosystèmes sensibles dont la gestion requiert de comprendre les mécanismes de formation et de fonctionnement. Ce sont aussi des hauts-lieux culturels, les sociétés les ayant mises en valeur étant soudées par la gestion et la proximité de l’eau, d’où la création de microcosmes aux spécificités sociales remarquables. Cette rencontre s’intéresse à tous les types de zones humides : eau douce, eau salée, eau saumâtre ; eau courante, eau stagnante ; eau permanente ou temporaire qui constituent les marais, les tourbières, les cours d’eau, les estuaires, les deltas et les étendues marines de faible profondeur. L’objectif de cette manifestation est de poser un regard sur les trajectoires d’anthropisation des zones humides, que celles-ci soient favorables ou au contraire aliénantes pour ces dernières, et de proposer d’échanger autour de la question des temporalités et de l’utilité de reconstituer l’évolution géohistorique environnementale des zones humides afin de d’établir des politiques durables de gestion. Il s’agira notamment de mettre en lumière le rôle des interventions humaines anciennes ou récentes dans le fonctionnement de ces milieux, des temporalités de leur altération ou de leur amélioration dans l’optique de la prise en compte dans leur gestion. Cette manifestation scientifique internationale est organisée en Roumanie, à Tulcea et dans le delta du Danube (réserve UNESCO), conjointement par le CNRS (UMR 5602 GEODE et 7266 LIENSs), le Groupe d’Histoire des Zones humides, l’ICEM « Institut Gravila Simion » de Tulcea et l’Institut de Recherche sur le Delta du Danube ; avec le concours de la « Romanian Limnogeographical Association» et le CEDETE (Univ. Orléans). Ces rencontres seront placées sous le patronage de la Réserve Biosphère « delta du Danube » et du Conseil Départemental de Tulcea et de l’Institut Français de Bucarest. Elles participent de la saison franco-roumaine 2019. Le cadre roumain apparaît en effet idéal pour réfléchir aux trajectoires environnementales des lieux d’eau et envisager de les intégrer dans les politiques d’aménagement : le patrimoine des zones humides de la Roumanie, tout à la fois très varié et très riche, a enregistré des successions de modes de valorisation contradictoires et originaux, notamment lors de la période communiste. Récemment réhabilité, il est en attente de politiques de gestion conciliant biodiversité des sites et socio-cultures de l’eau.

Objectifs de la manifestation L’objectif de ces rencontres est de développer une approche diachronique et chrono-systémique des zones humides et de leurs trajectoires d’artificialisation, en combinant l’analyse des paysages avec celle des usages et des représentations qui les façonnent. Il s’agira d’évaluer les interrelations socio-environnementales dans la longue durée et de poser des questionnements relatifs à la patrimonialisation et la conservation de ces milieux. Le principe est de faire appel à des terrains d’études et à des milieux diversifiés (montagnes, littoraux, deltas et plaines alluviales…) en Roumanie, en Europe et en Méditerranée…, à différentes temporalités et à des phases d’artificialisation diverses (en cours d’aménagement, en reconstruction, à l’abandon) dans le but de croiser les approches et les problématiques disciplinaires. Ces rencontres favoriseront le croisement d’approches disciplinaires autour de l’étude

des zones humides, du point de vue historique, géographique, sociologique, juridique et environnemental, en mettant en perspective les notions de trajectoires, de patrimonialisation, de conservation ainsi que par la prise en compte des impacts socio- environnementaux.

Le colloque s’articulera autour de trois thèmes :

Thème 1 : Reconstitution des trajectoires spatio-temporelles des zones humides

Thème 2 : Restaurer les zones humides et le mythe de l’état de référence

Thème 3 : Nouveaux usages, nouvelles valeurs, nouveaux patrimoines

Le colloque se tiendra à Tulcea (Dobroudja, Roumanie). En fonction du nombre de communications, des sessions thématiques pourront être organisées en parallèle aux sessions plénières.

Dimanche 2 juin 2019 / Sunday June 2nd, 2019 Transfert des participants depuis Bucarest (Aéroport Otopeni) – transfer of participants from Bucharest (Otopeni Airport). 12.00 – 19.00 : accueil des participants à l’Hôtel Delta – welcoming the participants (Delta Hotel)

Lundi 3 juin 2019 / Monday June 3, 2019 8.30 – 13.00 : ouverture officielle de la conférence, introduction – opening and general introduction 9.00 – 13.00 : présentations – sessions 13.00 – 14.30 : repas au restaurant de l’Hôtel Delta – restaurant lunch (Hotel Delta) 14.30 – 19.30 : présentations – sessions 19.30 – 21.00 : diner au restaurant de l’Hôtel Delta – dinner at the Delta Hotel 21.00 – 22.00 : Conférence ouverte public : «Les deltas d’ici et d’ailleurs» – conference

Mardi 4 juin 2019 / Tuesday June 4, 2019 8.30 – 13.00 : présentations – sessions 13.00 – 14.30 : repas au restaurant de l’Hôtel Delta – restaurant lunch (Hotel Delta) 14.30 – 19.30 : présentations – sessions 19.30 – 21.00 : diner au restaurant de l’Hôtel Delta – dinner at the Delta Hotel 21.00 – 22.00 : session posters – posters

Mercredi 5 juin 2019 / Wednesday June 5, 2019 8.30 – 13.00 : Présentations, rencontres avec les gestionnaires – session, meeting with managers 13.00 – 14.30 : repas au restaurant de l’Hôtel Delta – restaurant lunch (Hotel Delta) 14.00 – 20.00 : visite des musées et zones de reconstruction écologique – visit of Tulcea’s museums and ecological reconstruction areas

Jeudi 6 juin 2019 / Thursday June 6, 2019 7.30 – 21.00 : excursion delta du Danube (Mila 23) – Field trip in the Danube Delta (Mila 23)

Vendredi 7 juin 2019 / Frieday June 7, 2019 7.30 – 21.00 : excursion Lagunes et littoral de la mer Noire – Field trip Lagoons and Black Sea coast. Samedi 8 juin 2019 / Saturday June 8, 2019 : retour à Bucarest – back to Bucarest

Les propositions seront évaluées par le comité scientifique. Les propositions de contributions devront être envoyées avant le 15 février 2019 aux adresses suivantes : geohistoiretulcea@univ-tlse2.fr valette@univ-tlse2.fr Chaque proposition de contribution devra comporter : – un titre – un résumé (400 mots max.) – l’affiliation scientifique et les coordonnées de / des auteur.es – l’adresse e-mail du correspondant de la communication – 5 mots clés

Offre de stage

Communication autour d’une enquête en ligne auprès des usagers de la ViaRhôna

Contacts : Sylvie Morardet : sylvie.morardet@irstea.fr 

Le projet de recherche RhônaVél’eau est mené par les laboratoires EVS (CNRS, Lyon) et G-EAU (Irstea, Montpellier) dans le cadre de la Zone Atelier Bassin du Rhône. Ce projet, inscrit dans le Plan Rhône, est soutenu financièrement par l’Etat, l’Agence de l’eau RMC et EDF. La promotion de la culture rhodanienne, de son patrimoine et de son identité est au cœur des politiques publiques associées au fleuve Rhône. En parallèle, le fleuve et les paysages qu’il façonne sont de plus en plus envisagés comme des vecteurs de valorisation et de développement territorial pour les collectivités riveraines. Le projet de voie cyclable ViaRhôna représente à ce titre un exemple éclairant. La création d’une véloroute, voie verte bordant le fleuve sur près de 700 km (du Léman à la mer), dédiée aux déplacements doux, a pour objectif de développer un tourisme dit de qualité en s’appuyant pour cela sur la promotion du patrimoine rhodanien. Cet accès facilité au fleuve pourrait contribuer à améliorer la connaissance du Rhône et à accroître la valeur qui lui est associée par le public et pourrait, de fait, justifier, à ses yeux, les actions menées pour le protéger. Un des objectifs du projet de recherche RhônaVel’eau est de déterminer, à partir des expériences individuelles des usagers, en quoi la création d’une telle véloroute voie verte peut modifier les perceptions et les représentations associées au fleuve ainsi que la valeur qui lui est attribuée. Objectifs du stage En 2017, une enquête par questionnaire en face-à-face a été réalisée auprès de 547 usagers de la ViaRhôna sur trois sites (Bugey, Vienne-Sablons, Rochemaure-BourgSaint-Andéol). Elle visait à caractériser les pratiques de la ViaRhôna et à qualifier les perceptions et les représentations que les usagers de la véloroute associent au fleuve et à ses paysages. Cette enquête a également été complétée par 16 entretiens qualitatifs auprès de différents types d’usagers. L’année 2018 a permis de concevoir le questionnaire d’une seconde enquête auprès des usagers pour estimer la part respective des caractéristiques des aménagements cyclables et du caractère plus ou moins naturel du Rhône dans leurs choix de fréquentation. Le questionnaire a été testé en face-à-face auprès d’un échantillon réduit de personnes. Le questionnaire devant être administré en ligne, il est nécessaire de conduire une campagne de communication pour assurer sa diffusion auprès du public le plus large (touristes itinérants français ou étrangers, excursionnistes à la journée, riverains, etc.).

Le présent stage a plusieurs objectifs, selon la date de démarrage du stage : – Finaliser l’implémentation du questionnaire sur la plateforme LimeSurvey logiciel libre d’enquête en ligne) Source des images : https://www.viarhona.com/ – Identifier et solliciter les organisations pouvant servir de relais à la diffusion du questionnaire (prestataires de tourisme, associations d’usagers, de cyclistes, collectivités territoriales, etc.), élaborer des supports de communication concernant l’enquête à destination de ces organisations, et réaliser des relances ciblées en fonction du taux de réponse au questionnaire – Réaliser si nécessaire quelques enquêtes complémentaires en face-à-face auprès des usagers le long de la ViaRhôna.

Niveau d’étude et compétences recherchées : – DUT ou licence professionnelle en information & communication – Expérience de passation d’enquêtes – Connaissance du logiciel d’enquête par internet LimeSurvey appréciée mais non nécessaire – Grande autonomie souhaitée, l’encadrante principale n’étant pas sur place.

Modalités pratiques Stage de 2-4 mois commençant entre février et avril 2019 Localisation : Ecole normale Supérieure de Lyon, laboratoire EVS et missions dans la vallée du Rhône Encadrement : à distance par Sylvie Morardet, chercheure à Irstea et responsable de l’enquête, et de façon rapprochée par Marylise Cottet, enseignante-chercheure à l’ENS, responsable du projet RhônaVel’eau

Prise en charge des frais de déplacement sur le terrain Gratification mensuelle selon réglementation en vigueur Les candidatures sont acceptées jusqu’au 31 janvier 2019.

Les candidats doivent envoyer un CV et une lettre de motivation à Sylvie Morardet (sylvie.morardet@irstea.fr). Pour plus d’information sur la ViaRhôna : https://www.viarhona.com/litineraire/viarhona-a-velo

Deux articles de presse sur les pollutions

Proposition de stage (inondation)

Programme DIGUES – Fiche de stage Master 2 – 2019

Titre du stage

Les murettes anti-crues de la Seine et la Marne de l’agglomération parisienne : rôle actuel et scénarios pour le futur

Contexte du stage et des missions

Ce stage s’inscrit dans le cadre du programme de recherche DIGUES, en réponse à l’ANR CES Interactions homme-environnement – PRC. Le programme de recherche vise à comprendre la capacité de transition des systèmes littoraux et fluviaux d’endiguement en place vers plus de multifonctionnalité et d’articulation avec les milieux.

Le stage doit d’abord permettre d’identifier les objectifs que les gestionnaires fixent actuellement aux murettes anti-crues de la Seine et la Marne de l’agglomération parisienne. Ces murettes ont été conçues pour la protection contre les inondations. Il doit ensuite permettre de définir si leurs gestionnaires veulent les faire évoluer vers de la multifonctionnalité et une meilleure prise en compte des dynamiques et fonctionnalités des milieux (crues plus fréquentes, étiages plus sévères, revégétalisation des berges …) et les moyens qu’ils fixent pour y arriver.

Descriptif des missions

  • Identifier les gestionnaires des murettes dans le contexte actuel de recomposition d’une part de l’agglomération parisienne (mise en place de la MGP), d’autre part des gestionnaires des inondations (rôle de l’EPTB Grands lacs)
  • Identifier les autres types d’acteurs intervenant ou concernés par la gestion et de le devenir de ces murettes (élus des collectivités riveraines, associations de bateaux logement, VNF, …)
  • Etablir un diagnostic du fonctionnement actuel des murettes
  • A travers les documents produits et des entretiens avec les acteurs, appréhender comment les acteurs redéfinissent les objectifs des digues (au regard des enjeux et des orientations actuelles) et les moyens pour y arriver (financiers, techniques, organisationnels, ….)

Profil recherché

M2 (ou M1) en environnement (géographie, science politique)

Compétences appréciées : techniques d’enquêtes

Période du stage

A partir de février 2019, période de 6 mois

Gratification

Le stagiaire bénéficiera d’une gratification de l’ordre de 530 euros. La moitié du coût de son abonnement de transports publics est pris en charge par l’organisme. Les frais de déplacements occasionnés par l’enquête sont pris en charge.

Personnes encadrantes

Les personnes encadrantes : Catherine Carré et José-Frédéric Deroubaix

Le lieu d’accueil : LADYSS, 2 rue Valette, 75005 Paris.

Merci d’envoyer votre CV et lettre de motivation à  
Catherine Carré : carre@univ-paris1.fr

José-Frédéric Deroubaix : j.deroubaix@enpc.fr

Quelques informations (en vrac)

Bonne année à toutes et tous. Pour cette rentrée, voici quelques informations :

Congrès AFSP 2019

La liste des sections proposées est à retrouver via ce lien : https://www.afsp.info/congres/congres-2019/sections-thematiques/

avec notamment :

  • L’ « Etat vert » à l’épreuve du bleu. Quelles réorganisations politiques pour la gouvernance des mers et des littoraux ?  (A ‘Green State’ at sea? Political reorganisation and the governance of the seas and coasts)
  • Les conflits de l’extractivisme : entre problématiques locales et agenda global      (Conflicts of Extractivism: between local stakes and global agenda)
  • Mesure des effets, effets de la mesure.Enjeux de connaissance dans le gouvernement des risques sanitaires liés à l’environnement    (Measuring impacts, impacting policies. Knowledge and thegovernment of environmental health problems)
  • Cadre spatial et cadrage de la cause : l’inscription territoriale des problèmes publics    (Space and framing: the territorial embedding of public problems)

Actualités (tout azimut)

Reportage d’Arte sur une éventuelle catastrophe historique qui toucha le lac Léman

A retrouver via cette vidéo : https://www.arte.tv/fr/videos/078139-000-A/un-tsunami-sur-le-lac-leman/

Synopsis :

 » À partir des traces géologiques d’une énorme vague qui aurait traversé le lac Léman au VIe siècle et submergé les murailles de Genève, une exploration étonnante des risques de tsunamis sur les lacs alpins.

Située dans l’actuel canton du Valais, en Suisse, la montagne du Tauredunum se serait effondrée en l’an 563, soulevant une vague si grande sur le Léman que celle-ci aurait submergé les murailles de Genève et serait entrée dans la ville. Consigné dans des chroniques de l’époque par deux évêques, cet événement incroyable attise, depuis le XIXe siècle, la curiosité des géologues et des archéologues. Mais alors qu’après des décennies de vaines recherches cette vieille histoire sombrait dans l’oubli, deux chercheuses de l’université de Genève ont découvert en 2010, dans les sédiments profonds du lac, une anomalie que seule l’hypothèse de la vague destructrice du Tauredunum pourrait expliquer ».

Table Ronde – 26 novembre de 09h00 à 12h30h – Ensap Bordeaux (salle 4)

« LA RESTAURATION ÉCOLOGIQUE DES COURS D’EAU. Bilan critique des paradigmes contemporains de conservation de la nature à la croisée des sciences humaines et naturelles »Intervenants : Véronique André (Géographe, MCF Université de Bordeaux), RémiBercovitz (Historien et paysagiste, MCF Ensap Bx), Bernard Davasse (Biogéographe,Professeur EnsapBx), Christian Lévêque (Hydrobiologiste, Professeur émérite IRD)

Modérateur : Laura Menatti (Philosophe, MCF EnsapBx)

La période récente a été particulièrement marquée par l’importance nouvelle donnée à la dimension écologique du rapport des sociétés à l’eau. Ce tournant environnemental s’incarne aujourd’hui sur notre continent dans la politique définie par la Directive Cadre Eau (DCE) promulguée en 2000 qui fixe aux états membres l’objectif d’atteindre le « bon état écologique ». Dans cette perspective, sont mises en œuvre depuis plusieurs années des mesures de restauration écologique comprises comme un retour à un état écologique antérieur aux modifications des hydrosystèmes engendrées par les activités humaines. Cette politique annonce une rupture fondamentale en matière de conservation de la nature. En effet, il ne convient aujourd’hui plus seulement de préserver et de gérer les écosystèmes et leurs fonctionnements mais, de manière volontariste, de recréer la nature. Le temps semble donc venu d’une action thérapeutique portée par une ingénierie réparatrice.Révélatrice d’un nouveau paradigme société/environnement, la restauration écologique des cours d’eau interroge nos manières d’agir autant que nos manières de produire des connaissances. Dès lors, il convient de s’interroger sur quel genre de postulats sont fondées ces approches ? Où se situent leurs points d’ancrage théorique, politique et éthique ? Quel est le sens exact et la portée heuristique des concepts qu’elles ont fait émerger ou dont elles ont fait usage ? Quels sont leurs limites et leurs points aveugles ?Ce réseau de questionnement mérite d’être abordé à la croisée des disciplines et au carrefour des sciences humaines et naturelles. Dans cette perspective, nous réunissons autour de l’hydrobiologiste Christian Lévêque, instigateur et animateur entre 1984 et 1992 du Programme « grands fleuves » du PIREN (Programme Interdisciplinaire de Recherche sur l’Environnement) et entre 1998 et 2002 directeur du Programme Environnement Vie et sociétés du CNRS, des historiens, des philosophes, des géographes et des paysagistes. A travers cette approche interdisciplinaire, il s’agit d’établir un bilan critique des fondements théoriques,épistémologiques et méthodologiques, éthiques et politiques de la restauration écologique.

ORGANISATION : Cette table ronde intervient dans le cadre des enseignements dispensés au sein de la formation des paysagistes DEP de l’École Nationale Supérieure d’Architecture et de Paysage de Bordeaux (Ensap Bx). Il se situe plus particulièrement dans le module d’enseignement délivré en Master 1 et intitulé Plateau transversal Environnement(s)dont l’objectif premier est de permettre aux étudiants paysagistes de prendre position, en pensée et en pratique, relativement à la « question environnementale ».Dans cette perspective, le public de cette table ronde est essentiellement celui des étudiants paysagistes concernés par ce module d’enseignement. En fonction de leurs disponibilités des étudiants d’autres promotions seront également présents.Certains chercheurs de l’UMR Passages seront également invités.La séance se déroule à la salle 4 de l’EnsapBx (740 Cours de la Libération 33 Talence. Voir les indications voir ci-dessous).• 09h00/10h30. Interventions Après une courte introduction, la table ronde débute par 4 interventions de 20 minutes où chaque intervenant dispose de 15 minutes pour présenter quelques points saillants de son analyse de la restauration écologique. 5 minutes sont consacrées pour des questions courtes provenant de la salle. Les intervenants auront faits passer préalablement un court texte résumant leurs interventions.

Intervenants par ordre de passage : Christian Lévêque (Hydrobiologiste,Professeur émérite IRD) – Rémi Bercovitz (Historien et paysagiste, MCF EnsapBx) -Véronique André (Géographe, MCF Université de Bordeaux) – Bernard Davasse(Biogéographe, Professeur EnsapBx)

Pause 10h30/10h45• 10h45/12h15. DiscussionAnimée par Laura Menatti, la discussion vise à mettre à jour les concordances et les lignes de fractures qui auront émergées lors des différentes présentations. Elle vise également à ouvrir de nouvelles interrogations et de nouveaux questionnements.La discussion est largement ouverte sur la salle.