Regard de scientifiques sur la vulgarisation

Le présent article (https://www.sfecologie.org/regard/ro5-mars-2018-j-tassin-p-donadieu-aaf/) ne porte – exceptionnellement -pas sur l’eau mais sur la forêt.

Il recense deux opinions de scientifiques académiques reconnus à propos d’un ouvrage (P. Wohlleben, La Vie secrète des arbres, 2017) qui connaît un gros succès en librairie.

Ces deux regards sont intéressants à lire car ils donnent à voir les apports et les limites de la vulgarisation à destination du grand public, ainsi que la diverse manière d’accueillir ce type de livre dans le monde académique.

Ce même problème existe également dans le domaine de l’eau avec des simplifications qui peuvent parfois paradoxalement (alors même que ces publications du vulgarisation visent la sensibilisation, voire la pédagogie) être contre-productives.

A ce sujet, lire la critique datant d’il y a quelques années de Thierry Ruf sur un autre ouvrage qui se vendit également bien (E. Orsenna, L’avenir de l’eau, 2008) : http://www.eauxglacees.com/IMG/pdf/Critique_Orsenna-V5.pdf

Avis aux jeunes chercheurs d’Afrique de l’Ouest et du Maroc : colloque à venir sur les problématiques de l’eau dans l’Ouest saharien

Colloque international-Hommage à Pierre Bonte : « L’eau en Mauritanie et dans l’Ouest saharien : Représentations, usages et gouvernance d’une ressource en partage »

Comité d’organisation : Ahmed Maouloud Eida El-Hilal (UNA-LERHI), Sébastien Boulay (Université Paris Descartes-Sorbonne, CEPED), Mohamed Ould Cheikh Sid Ahmed (Saire gal Faculté de Lettres et SH, UNA), Michelle Coste et Danièle Cavanna (CEPED), Rachel Effantin Touyer (Rhizome), Margaux Benchehida (UPDescartes-Sorbonne).

 Principales institutions académiques et scientifiques partenaires : Université Alaasriya de Nouakchott (UNA), Ecole normale supérieure (ENS), Centre universitaire d’études sahariennes (CUES), Centre d’études et de recherches sur l’Ouest saharien (CEROS), Institut de recherche pour le Développement (IRD), Centre Jacques Berque (Rabat), IMRS, Conseil scientifique du Parc national du Banc d’Arguin (CSBA), Laboratoire d’anthropologie sociale (UMR LAS-Collège de France), OUISO, rESeau-P8 (Réseau d’Etudes et d’Echanges en Sciences Sociales sur l’Eau), UMR CEPED, IRMC

Dates : 2, 3 et 4 mai 2018

Le Sahara se caractérise par son aridité qui représente la principale contrainte à l’installation humaine et justifie les faibles densités de population ainsi que leur forte adaptation aux conditions du milieu. Cette adaptation signifiait ainsi prioritairement et de manière ancestrale la maîtrise de l’approvisionnement en eau pour les hommes, leurs troupeaux et leurs plantations. Les sociétés sahariennes et sahéliennes ont développé des savoirs, des techniques, des organisations centrés sur cet accès à l’eau et sa répartition. Les transformations du mode de vie et de l’organisation sociale impliquent une transformation quantitative et qualitative de cet accès à l’eau et de sa répartition dans le cadre rural, urbain et industriel nouveau qui s’impose dans cet espace. Il faut ajouter que cette évolution s’inscrit dans le contexte de nouveaux savoirs révélant des ressources insoupçonnées, particulièrement en eau fossile, à travers l’ensemble de cet espace et de nouvelles techniques permettant leur exploitation.

Ce colloque se propose de questionner les grands enjeux passés et présents autour de cette ressource et les perspectives d’innovations qui se dessinent en Mauritanie et dans toute la sous-région.

Colloque sur les « Regards croisés sur les qualités et les usages actuels et futurs » des cours d’eau franciliens

Les 29 et 30 mai 2018 (à l’Auditorium Marie Curie du CNRS à Paris) se réuniront des acteurs de l’eau (collectivités, associations…) et des chercheurs pour discuter des cours d’eau en IDF.

Le programme et les demandes d’inscription sont à trouver via ce lien : http://www.arceau-idf.fr/node/515

Article dans le journal Le Monde sur la demande de moratoire de la pêche à Paris

Dans un précédent post la semaine passée, nous avions fait connaître le texte de ce moratoire.

Suite à une campagne de pub dans les métros parisien, Le Monde a consacré un article à ce sujet : http://www.lemonde.fr/biodiversite/article/2018/03/19/avis-de-gros-temps-sur-la-peche-a-la-ligne-a-paris_5273306_1652692.html

Quelques propos réflexifs à partir d’une tribune appelant à l’interdiction de la pêche « dans les départements où la consommation des poissons d’eau douce est interdite »

Cette tribune est à lire via le lien suivant : https://www.sciencesetavenir.fr/animaux/animaux-marins/tribune-il-faut-mettre-un-terme-a-l-inutile-souffrance-des-poissons_121924

Des enjeux propres à la biologie et aux éthiques environnementale/animale se posent avec des questions telles que :

  • l’évaluation de la souffrance piscicole (pollution, blessures, sensibilité du système nerveux, stress…)
  • le type de relation (prédation, consommation, préservation, co-living, précaution…) à adopter

D’autres enjeux socio-politiques émergent également quant à/aux :

  • à l’acceptation d’un tel projet (a fortiori avec des projets d’amélioration de la qualité des eaux) à moyen/long terme
  • son éventuelle ‘juris-prudence’/diffusion à d’autres territoires de l’eau
  • la réduction symbolique des espaces (potentiels) de pêche
  • sens de la pratique du ‘no-kill’

Un superbe exemple d’éducation au développement durable d’un jeune public à partir d’un travail sur un canal

Le réseau Canopé a lancé la 5e saison de webdocumentaires « Raconte ta ville » sur le thème de la ville durable. Des classes d’une école à Avignon se sont alors intéressées au canal de Vaucluse.

Webdocumentaire à retrouver via ce lien : https://www.reseau-canope.fr/raconte-ta-ville/webdoc/webdoc-single/webdocId/le-chemin-des-canaux.html#Intro

 

D’autres (sur les déchets, la biodiversité…) sont également disponibles sur le site.

Qu’est-ce qu’un cours d’eau ? Question peu évidente

Suite à l’ « instruction relative à la cartographie et l’identification des cours d’eau » de 2015, il est demandé aux préfets régionaux et départementaux de réaliser une cartographie des cours d’eau en France.

Or, depuis cette date, de nombreuses contestations émergent pour déterminer les différences entre un ru/ruisseau et un fossé notamment.

Si l’instruction (http://circulaire.legifrance.gouv.fr/pdf/2015/06/cir_39701.pdf) signale trois critères de sélection (« un écoulement d’eaux courantes dans un lit naturel à l’origine, alimenté par une source et présentant un débit suffisant une majeure partie de l’année »), ces critères sont discutés entre les multiples acteurs de l’eau (naturalistes, agriculteurs…) selon comment ils peuvent être interprétés et à mesure des nombreuses exceptions à la règle. Il en découle un jeu de négociation entre sciences et politiques.

Deux articles de presse permettent de se plonger un peu dans le sujet :

https://reporterre.net/Course-contre-la-montre-pour-sauver-les-cours-d-eau

https://www.actu-environnement.com/ae/news/cours-eau-fosses-cartographie-prefets-contestation-agriculteurs-proprietaires-fonciers-24745.php4