A propos PERRIN Jacques-Aristide

Doctorant en géographie au sein de la chaire Capital environnemental et gestion durable des cours d'eau, Géolab, Université de Limoges. Thèse portant sur la continuité écologique des cours d'eau

Regard de scientifiques sur la vulgarisation

Le présent article (https://www.sfecologie.org/regard/ro5-mars-2018-j-tassin-p-donadieu-aaf/) ne porte – exceptionnellement -pas sur l’eau mais sur la forêt.

Il recense deux opinions de scientifiques académiques reconnus à propos d’un ouvrage (P. Wohlleben, La Vie secrète des arbres, 2017) qui connaît un gros succès en librairie.

Ces deux regards sont intéressants à lire car ils donnent à voir les apports et les limites de la vulgarisation à destination du grand public, ainsi que la diverse manière d’accueillir ce type de livre dans le monde académique.

Ce même problème existe également dans le domaine de l’eau avec des simplifications qui peuvent parfois paradoxalement (alors même que ces publications du vulgarisation visent la sensibilisation, voire la pédagogie) être contre-productives.

A ce sujet, lire la critique datant d’il y a quelques années de Thierry Ruf sur un autre ouvrage qui se vendit également bien (E. Orsenna, L’avenir de l’eau, 2008) : http://www.eauxglacees.com/IMG/pdf/Critique_Orsenna-V5.pdf

Colloque sur les « Regards croisés sur les qualités et les usages actuels et futurs » des cours d’eau franciliens

Les 29 et 30 mai 2018 (à l’Auditorium Marie Curie du CNRS à Paris) se réuniront des acteurs de l’eau (collectivités, associations…) et des chercheurs pour discuter des cours d’eau en IDF.

Le programme et les demandes d’inscription sont à trouver via ce lien : http://www.arceau-idf.fr/node/515

Article dans le journal Le Monde sur la demande de moratoire de la pêche à Paris

Dans un précédent post la semaine passée, nous avions fait connaître le texte de ce moratoire.

Suite à une campagne de pub dans les métros parisien, Le Monde a consacré un article à ce sujet : http://www.lemonde.fr/biodiversite/article/2018/03/19/avis-de-gros-temps-sur-la-peche-a-la-ligne-a-paris_5273306_1652692.html

Quelques propos réflexifs à partir d’une tribune appelant à l’interdiction de la pêche « dans les départements où la consommation des poissons d’eau douce est interdite »

Cette tribune est à lire via le lien suivant : https://www.sciencesetavenir.fr/animaux/animaux-marins/tribune-il-faut-mettre-un-terme-a-l-inutile-souffrance-des-poissons_121924

Des enjeux propres à la biologie et aux éthiques environnementale/animale se posent avec des questions telles que :

  • l’évaluation de la souffrance piscicole (pollution, blessures, sensibilité du système nerveux, stress…)
  • le type de relation (prédation, consommation, préservation, co-living, précaution…) à adopter

D’autres enjeux socio-politiques émergent également quant à/aux :

  • à l’acceptation d’un tel projet (a fortiori avec des projets d’amélioration de la qualité des eaux) à moyen/long terme
  • son éventuelle ‘juris-prudence’/diffusion à d’autres territoires de l’eau
  • la réduction symbolique des espaces (potentiels) de pêche
  • sens de la pratique du ‘no-kill’

Un superbe exemple d’éducation au développement durable d’un jeune public à partir d’un travail sur un canal

Le réseau Canopé a lancé la 5e saison de webdocumentaires « Raconte ta ville » sur le thème de la ville durable. Des classes d’une école à Avignon se sont alors intéressées au canal de Vaucluse.

Webdocumentaire à retrouver via ce lien : https://www.reseau-canope.fr/raconte-ta-ville/webdoc/webdoc-single/webdocId/le-chemin-des-canaux.html#Intro

 

D’autres (sur les déchets, la biodiversité…) sont également disponibles sur le site.

Qu’est-ce qu’un cours d’eau ? Question peu évidente

Suite à l’ « instruction relative à la cartographie et l’identification des cours d’eau » de 2015, il est demandé aux préfets régionaux et départementaux de réaliser une cartographie des cours d’eau en France.

Or, depuis cette date, de nombreuses contestations émergent pour déterminer les différences entre un ru/ruisseau et un fossé notamment.

Si l’instruction (http://circulaire.legifrance.gouv.fr/pdf/2015/06/cir_39701.pdf) signale trois critères de sélection (« un écoulement d’eaux courantes dans un lit naturel à l’origine, alimenté par une source et présentant un débit suffisant une majeure partie de l’année »), ces critères sont discutés entre les multiples acteurs de l’eau (naturalistes, agriculteurs…) selon comment ils peuvent être interprétés et à mesure des nombreuses exceptions à la règle. Il en découle un jeu de négociation entre sciences et politiques.

Deux articles de presse permettent de se plonger un peu dans le sujet :

https://reporterre.net/Course-contre-la-montre-pour-sauver-les-cours-d-eau

https://www.actu-environnement.com/ae/news/cours-eau-fosses-cartographie-prefets-contestation-agriculteurs-proprietaires-fonciers-24745.php4

Vidéo de G. Bouleau sur les indicateurs environnementaux

Chercheuse à l’IRSTEA, G. Bouleau a consacré une intervention sur les indicateurs et leurs appropriations à l’attention d’acteurs publics et d’agents du Ministère de la Transition Energétique et Solidaire :

 

D’autres interventions sont disponibles, d’autres sont aussi à venir sur d’autres sujets en rapport avec l’ « environnement » : https://www.ecologique-solidaire.gouv.fr/rencontres-recherche

Notamment sur le paysagehttps://www.ecologique-solidaire.gouv.fr/sites/default/files/La%20recherche%20sur%20le%20paysage.pdf

Sur les temps politiques et environnementauxhttps://www.ecologique-solidaire.gouv.fr/sites/default/files/Temporalit%C3%A9s%20n%C3%A9goci%C3%A9es%2Ctemporalit%C3%A9s%20prescrites%20-%20L%E2%80%99urgence%2C%20l%E2%80%99inertie%2C%20l%E2%80%99instant%20et%20le%20d%C3%A9lai.pdf