Ecole doctorale sur les études environnementales du point de vue de l’Histoire

Cela peut intéresser celles et ceux qui sont dans une perspective historique :
Appel à candidatures pour l’Atelier doctoral interdisciplinaire co-organisé par
École des Hautes Études en Sciences Sociales
École Française de Rome
Date limite : 20 juin 2017
 
Études environnementales et sciences sociales
Temporalités, matérialités, sources et enquêtes
 
Rome, École française de Rome, 24-27 octobre 2017
Les études environnementales ont connu dans la dernière décennie, une croissance qui les situe aujourd’hui au cœur de nombreux débats en sciences sociales : l’hypothèse de l’entrée de la terre dans une nouvelle ère géologique – l’Anthropocène – en raison du rôle joué par l’humanité comme force écologique inédite est sans doute celle qui suscite le plus de discussions. Le défi posé par une telle proposition est celui de trouver un cadre nouveau dans lequel penser ensemble l’évolution des sociétés et des matérialités : il engage de nouvelles formes d’écriture de l’histoire. Comment entendre aujourd’hui cet appel à renouveler les manières de faire et d’écrire l’histoire ? L’atelier doctoral sera l’occasion de reconsidérer la pluralité des modes de développement des études environnementales, qui se sont déployées à partir d’ancrage disciplinaires variés (environmental history, géohistoire, science studies, géographie historique, political ecology, sociologie, archéologie environnementale, anthropologie, droit…).
L’atelier est ouvert aux doctorants et étudiants à partir du M2 de toutes nationalités, de toutes disciplines et travaillant sur toutes les aires culturelles.
Vous trouverez toutes les informations ici  : http://crh.ehess.fr/index.php?5697

COLLOQUE EAUX ET PAYSAGES : 14 et 15 mars 2018

Organisé dans le cadre de la Biennale Nature et Paysage 20181 explorant la thématique de l’eau, par le Département Ecole de la Nature et du Paysage de l’INSA Centre Val de Loire, l’UMR 7324 CITERES et la Zone Atelier Loire, le colloque souhaite être un lieu de débats et d’échanges scientifiques autour des questionnements associant les eaux et les paysages.

Trois thèmes sont privilégiés :

  • Construction des paysages de l’eau dans le temps long
  • Paysages de l’eau et projet de territoire, de nouveaux enjeux ?
  • Paysages de l’eau en ville, paysages de projet

Organisateur : INSA Centre Val de Loire, Département Ecole de la Nature et du Paysage Blois

Résumé à soumettre d’ici le 20 juillet 2017 (sylvie.servain@insa-cvl.fr)

Report de la dead line pour les Doctoriales en Sciences Sociales de l’eau au 23 mai

Erratum, erratum, la durée de l’appel à communication a été prolongée! Au lieu de terminer le 15 avril, vous avez un mois de plus pour répondre à l’appel, jusqu’au 23 mai.

Pour rappel, les troisièmes doctoriales en sciences sociales de l’eau, après une première session en décembre 2014 à Strasbourg, puis une deuxième en juillet 2016 à Montpellier, se tiendront à Nanterre en décembre.

Elles sont l’occasion pour de nombreux doctorants de diverses disciplines travaillant sur la thématique de l’eau au sens large de se rencontrer, d’échanger, et de travailler ensemble.

Pour s’inscrire: http://reseaup10-doctoriales.u-paris10.fr/

Ecole d’été « Climat Autour du 2°C » (Grenoble) en juin prochain

Du 12 au 16 juin 2017, près de Grenoble, se tiendra la première école d’été « Autour du 2°C » qui portera sur les enjeux de l’interdisciplinarité de la recherche sur le changement climatique. L’eau peut être représentée.

Le site internet de l’événement est accessible à cette adresse: www.communaute-univ-grenoble-alpes.fr/2degres

Cette école est ouverte aux doctorants, post-doctorants, enseignants-chercheurs et chercheurs issus des différentes disciplines en lien avec le changement climatique, mais aussi aux collectivités territoriales et au secteur privé.

Les conséquences attendues de l’école thématique « Autour du 2°C » sont :

  • de contribuer à la réflexion sur l’émergence de nouvelles questions de recherche et à la structuration d’un nouvel agenda de recherche sur le climat à la suite de l’Accord de Paris ;
  • de partager une réflexion sur l’émergence de nouveaux défis pour articuler progrès des connaissances et objectifs du développement durable dans un monde en transition rapide;
  • de contribuer à la construction d’une communauté interdisciplinaire sur les questions climatiques pour élargir les horizons de recherche et favoriser le dialogue avec le monde non académique intéressé ou concerné par les conséquences du réchauffement climatique et par les moyens de le limiter ou d’en contrôler les effets ;
  • de renforcer et développer les capacités d’analyses et les réseaux collaboratifs des jeunes chercheurs  français ou issus de pays en développement (Afrique, Amérique du Sud), grâce à la diversité des intervenants de l’école thématique
  • de faire émerger de nouveaux cursus interdisciplinaires de formation académique autour des changements globaux.

Les candidatures pour participer, proposer une présentation de ses travaux, ou un atelier interdisciplinaire sont à envoyer via le site internet (www.communaute-univ-grenoble-alpes.fr/2degres) avant le 15 avril 2017.

Doctoriales de l’histoire de l’énergie en juillet prochain

Le Comité d’histoire de l’énergie organise ses 3e doctoriales, à Paris, du 10 au 12 juillet 2017. Le thème retenu cette année est Énergie et patrimoine. Durant ces trois jours, de jeunes chercheurs se rencontreront, discuteront et travailleront sous la direction d’universitaires et chercheurs confirmés. Il s’agit de créer des réseaux durables entre les étudiants en sciences humaines et sociales qui s’intéressent à l’énergie grâce à des ateliers, mais aussi des visites thématiques.

Les informations complémentaires sont disponibles via ce lien :

http://fondation.edf.com/actualites/les-3e-doctoriales-de-l-histoire-de-l-energie-580.html

Colloque – Face à la puissance. Une histoire des énergies alternatives et renouvelables à l’âge industriel (XIXe –XXe siècles)

Organisé par le centre Georges Chevrier (Université de Bourgogne) et le RUCHE (Réseau universitaire de chercheurs en histoire environnementale)

Calendrier : – Février 2017 : Lancement de l’appel à communication ; – 15 septembre 2017 : Fin de l’appel (envoi d’un court CV et d’une présentation en une page de la proposition à l’adresse suivante : colloque.energies2018@u-bourgogne.fr) ; – Octobre 2017 : Sélection des papiers par le comité scientifique et réponse aux auteurs ; – 22-23 Mars 2018 (2 jours) : Organisation du colloque ; – Septembre 2018 : Rendu des textes en pour une publication en 2019.

 

Appel à communication et présentation du projet

Toute société possède un système énergétique à travers lequel elle parvient à transformer des sources d’énergie primaires (rayonnement solaire, bois, hydraulique, charbon…) en énergie utile (force musculaire, chaleur, électricité, mouvement mécanique…) en vue de satisfaire des besoins grâce à des techniques de conversion de l’énergie brute en énergie appropriable (manèges de chevaux, roues hydrauliques, machines à vapeur ou à explosion). Depuis Marx au XIXe siècle ou Lewis Mumford dans l’entre-deux-guerres, de nombreuses et très riches réflexions ont été menées sur les relations entre énergies, pouvoir et sociétés, abondamment réactivées aujourd’hui par les renouvellements de l’histoire environnementale et la crise contemporaine du système énergétique global. Chaque système énergétique modèle ainsi des rapports de production et des rapports sociaux singuliers, et entretient des relations spécifiques à la nature. Récemment renouvelée par d’importantes recherches consacrées à la consommation énergétique de l’Europe sur la longue durée (Kander, P. Malanima et P. Warde), l’histoire de l’énergie ne saurait pourtant se réduire à l’étude des transitions énergétiques passées ou à la reconstruction des seuls indicateurs statistiques. Elle ne saurait non plus relever de la seule expertise des ingénieurs et des sciences dites dures. L’énergie relève profondément de dynamiques sociales et politiques : les choix énergétiques affectent différemment les groupes sociaux, ils modèlent des formes de vie et suscitent d’abondantes constructions imaginaires, ils déterminent aussi des modes d’organisations politiques et étatiques du fait des infrastructures gigantesques qui les accompagnent. Les approches quantitatives tendent par ailleurs à écraser les formes d’énergie organiques plus souples et ponctuelles qui ont pourtant été cruciales dans les trajectoires passées, marquées par la flexibilité et l’organisation en petites unités productives entretenant longtemps des liens étroits avec la campagne. Les approches téléologiques habituelles, orientées par le « choix du feu » (A. Gras) et le triomphe jugé inéluctable des carburants fossiles, tendent également à rendre invisibles les nombreux débats qui ont accompagné le processus, comme les multiples futurs non advenus qui ont pu exister dans le passé. Les sociétés de croissance contemporaines sont très énergivores, bien plus que toutes celles qui les ont précédé. Elles se caractérisent également par leur dépendance croissante envers des énergies fossiles, non renouvelables et très polluantes. Vers 1750, le bois et les végétaux représentaient ainsi 70 % de l’énergie consommée dans le monde, la force humaine et animale 15 % ; l’hydraulique et l’éolien moins de 10 %, comme le charbon de terre et la tourbe. Mais l’essor industriel de la fin du XVIIIe siècle inaugure une nouvelle trajectoire qui voit le passage des « économies organiques » anciennes, fondées pour l’essentiel sur la biomasse, aux « économies minérales » de plus en plus dépendantes des énergies fossiles (Wrigley, 2010). Les sociétés contemporaines sont fondées sur leur capacité à mobiliser de l’énergie en très grande quantité pour produire de la force et du travail, pour modeler leur environnement et accroître leur puissance. Dès la veille de la Grande Guerre, en Europe, le charbon représente ainsi deux tiers de l’énergie consommée. Alors que la population est multipliée par quatre au cours du XXe siècle, la consommation d’énergie l’a été par neuf et la production industrielle par 40. En 2010, d’après les statistiques de l’Agence internationale de l’énergie (AIE), 12.717 millions de tonnes équivalent pétrole (Mtep) étaient produites dans le monde. Avec une part de 32,4 %, le pétrole est devenu la plus importante source d’énergie primaire mondiale, devant le charbon (27,3 %) et le gaz naturel (21,4 %). Au total, les énergies fossiles représentent désormais plus de 80 % de l’énergie consommée dans le monde, très loin devant les énergies « renouvelables » pourtant célébrées comme des solutions d’avenir. Cette dépendance croissante aux énergies fossiles révèle aujourd’hui ses impasses et aboutit à une série d’apories sociales, politiques comme environnementales. L’histoire des débats énergétiques qui ont accompagné l’industrialisation du monde demeure pourtant mal connue, et l’étude de l’énergie continue souvent d’apparaître comme une évolution linéaire de la biomasse ancienne aux énergies fossiles modernes. Pourtant la transition fut longtemps incertaine et abondamment discutée, il existait d’abord des formes non-capitalistes d’utilisation et d’exploitation du charbon, autant d’éléments à prendre en compte pour tenter de comprendre pourquoi les énergies alternatives renouvelables ne se sont pas imposées ou sont restées confidentielles. Les enjeux sanitaires et « écologique », qui n’ont cessé d’accompagner l’adoption du charbon puis du pétrole, ont été souvent balayés ou jugés insuffisants pour influer sur le cours des processus engagés. Mais contre toute vision inéluctable, l’accroissement de la consommation et de la production d’énergie, ses origines et ses formes, méritent encore d’être questionnés. Le choix du charbon a ainsi été lent et très variable selon les régions. En France, ce n’est pas avant 1870 que la puissance des machines à vapeur fixes égale celle des machines hydrauliques, en 1860 celles-ci fournissent encore le double de puissance de la vapeur. L’historien Claude Fohlen notait d’ailleurs que sous le second Empire « le charbon n’a pas encore gagné la partie ». Même dans un pays aussi précocement industrialisé que la Belgique, la vapeur et son système de machines combinées actionnées par un moteur central ne concerne en 1846 que 1 000 établissements artisanaux et industriels – certes les plus gros – sur les 114 000 que compte alors le pays, alors qu’il existe encore à cette date 2 739 moulins à vent, 2 633 moulins à eau et 1 512 manèges à chevaux en fonctionnement dans le pays (Van Neck, 1979). De même, on sait combien aux Etats-Unis l’énergie hydraulique et la force des bêtes restèrent longtemps centrale dans le système énergétique du pays (Hunter, Green). Le charbon puis le pétrole ne se sont pas imposés naturellement, de façon linéaire et inéluctable, mais en marginalisant d’autres trajectoires possibles, d’autres systèmes énergétiques jugés par certains plus fiables, plus efficaces et moins dangereux. En enquêtant sur l’histoire des énergies « renouvelables » et « alternatives » à l’âge industriel, l’enjeu sera donc d’explorer ces trajectoires et les controverses oubliées, de complexifier l’histoire de l’énergie en explorant les débats, conflits et alternatives à travers lesquels s’est construite la dépendance actuelle aux énergies fossiles. Les notions d’énergie « renouvelable » et « alternative» renvoient évidemment à deux ordres de réalité distincts : le type d’énergie primaire mobilisé dans le premier cas, l’opposition aux trajectoires énergétiques dominantes – principalement fossiles – de l’autre. Si ce langage surgit au cœur des débats et controverses énergétiques et politiques des années 1970, on peut suivre leur généalogie bien avant. Dès les débuts du « choix du feu » par les sociétés industrialisées des acteurs, expérimentateurs et théoriciens se sont inquiétés et opposés aux choix énergétiques dominants promus par les entrepreneurs et les Etats. Dès les débuts de l’industrialisation, de nombreux observateurs ont ainsi dénoncé les ravages écologiques et sociaux des trajectoires énergétiques reposant sur le charbon et le pétrole, et tenté d’en inventer d’autres. Les premiers socialistes du XIXe siècle comme Charles Fourier par exemple dénoncent les effets avilissants et dégradants des machines à vapeur perçues comme une technologie bourgeoise et un instrument d’accroissement des inégalités et, parfois, de danger pour l’intégrité physique du globe. Souvent ingénieurs, ils croyaient pourtant au progrès de la science ; pour réconcilier leur aspiration à l’égalité et leur foi dans le progrès technique ils ont tenté d’imaginer des technologies qui seraient à la fois harmonieuses et bénéfiques au plus grand nombre, à l’image des essais de l’américain Etzler pour mettre au point des moteurs utilisant l’énergie du vent. Outre Manche, le critique d’art John Ruskin rêve de son côté, dans les années 1870, d’une communauté idéale où les machines qui suppriment l’exercice physique et le travail artistique seraient interdites, seuls seraient utilisés les outils permettant l’épanouissement de la créativité individuelle. Contre les machines à vapeur qui polluent et exploitent la nature, les seuls moteurs autorisés seront ceux qui utilisent les forces naturelles du vent et de l’eau. A la même époque, en France divers essais sont menés pour domestiquer les rayons du soleil au service de l’industrie. L’imaginaire de l’énergie solaire ne cesse de subsister dans les marges, porté par divers acteurs, localement puissant et relancé lorsque l’approvisionnement en combustible fossile semble entrer en crise. A partir des années 1960 en particulier, de nombreuses réflexions se font jour sur la manière dont il serait possible de tirer parti des nouvelles découvertes scientifiques (dans les domaines de l’écologie, de l’informatique ou encore de la cybernétique) pour mettre en œuvre des systèmes de production d’énergie non polluants faisant appel à la créativité de chacun, dans l’espoir de rompre avec l’aliénation propre au capitalisme productiviste. A bien des égards, le Whole Earth Catalog étudié par Fred Turner, se fait l’écho de ces réflexions et de ces réalisations qui circulent bien audelà des Etats-Unis. Certains moments de changement des systèmes techniques furent particulièrement propices à ce type de réflexion sur les trajectoires alternatives. C’est le cas à la fin du XIXe avec l’apparition de l’électricité ou après la Seconde Guerre mondiale, lorsque les transferts techniques de plus en plus importants vers les pays du sud sont dénoncés comme l’exportation sans nuance des grandes technologies occidentales fondées sur le pétrole et peu adaptées aux besoins du Tiers Monde. Dans les années 1960-1970, beaucoup ont cherché également à définir ce que seraient des technologies douces, susceptibles de répondre aux défis énergétiques et à la hausse des prix du pétrole. Qu’il s’agisse des technologies « intermédiaires » (E. F. Schumacher), « libératrices » (M. Boochkin), « démocratiques » (L. Mumford) ou encore « conviviales » (I. Illich), il s’agissait d’imaginer des trajectoires techniques à petite échelle, décentralisées, sobres en énergie, respectueuses de l’environnement et à forte utilisation de main-d’œuvre. S’émancipant des alternative trompeuses et trop binaires en terme de refus ou d’acception des techniques, ces auteurs et beaucoup d’ingénieurs et de bricoleurs avec eux, ont cherché à penser ce que serait des dispositifs à la fois socialement bénéfiques, écologiquement durables et politiquement démocratiques.

Plusieurs axes de réflexions pourraient être envisagés :

1- Qu’est ce qu’une énergie alternative ? Tout d’abord, il convient de mener une réflexion sur les mots et les catégories utilisées pour penser les systèmes énergétiques, et sur l’évolution du langage pour décrire les choix énergétiques. A quel moment une technologie est-elle considérée comme alternative, alternative à quoi ? Comment des énergies d’abord pensées comme alternatives peuvent devenir ensuite dominantes ? Quelles sont les formes de cette domination énergétique, et comment s’impose t-elle ? 2- « Modernité de la tradition » et usages des énergies renouvelables. Dans la continuité de nombreux travaux (S. Benoit, Louis Hunter), l’enjeu pourrait également être de réévaluer la part des énergies dites renouvelables dans le mix énergétique global des sociétés passées. Il s’agira d’interroger l’importance et la persistance des usages de l’hydraulique, de l’éolien, ou des animaux, souvent peu visibles, dans les trajectoires économiques et industrielles passées. 3- Politisation et controverses énergétiques. Comment les trajectoires énergétiques dominantes ont-elles été contestées et critiquées, existe-t-il des moments de doutes particulièrement puissants à l’image des années 1970 ? A l’inverse, par quels processus politiques, sociaux, culturels ou encore techniques les trajectoires énergétiques alternatives ont-elles été redéfinies, reléguées voire disqualifiées ? 4- Utopies, expérimentations et bricolages. Face aux apories des trajectoires dominantes, quelles technologies alternatives ? Comment s’opère l’innovation dans ce domaine : il s’agirait de s’intéresser au plus près aux conditions matérielles de l’innovation : financements, processus pratique d’élaboration des prototypes, rapport à la recherche scientifique institutionnalisée. Qui sont les acteurs et les militants derrière la contestation des choix énergétiques ? L’image ambivalente – le cliché ? – du bricoleur dont on salue l’inventivité tout en doutant de la possibilité d’appliquer ses recettes à grande échelle est-elle juste ? 5- Circulation théorique et technique des énergies alternatives. Comment ces réflexions et les premières réalisations circulent-elles entre des espaces sociaux distincts (chercheurs, ingénieurs, militants, intellectuels) ? Quelle est la circulation transnationale de ces idées et de ces pratiques entourant les énergies alternatives ? 6- Patrimoine et mémoire des énergies alternatives. Si ces expériences ont fréquemment été neutralisées, leur mémoire n’a cessé de subsister et d’être périodiquement réactivée, certains projets de patrimonialisation ont cherché à restaurer la mémoire de ces expériences dans quel but ? Avec quelle finalité ? Qui sont les acteurs derrière ce processus ?

3ème édition des Doctoriales en Sciences Sociales de l’Eau – Nanterre – décembre 2017

La 3ème édition des Doctoriales en Sciences Sociales de l’Eau aura lieu à Nanterre les 4 et 5 décembre 2017. Celle-ci fait suite à la première édition des Doctoriales en Sciences Sociales de l’Eau à Strasbourg en décembre 2014, puis la seconde édition de Montpellier en juin 2016.

Cette 3ème édition des Doctoriales est organisée par le Réseau d’Etudes et d’Echanges en Sciences Sociales sur l’Eau (Rés-EAUx) de Paris 10. Nous relayons ici l’appel à communication, dont l’échéance pour l’envoi d’une proposition de communication est fixée au 15 avril 2017.

appel-a-participation_doctoriales-copie

 

« Si nous imaginons le devenir des cours d’eau, ils ressembleraient à… » ?

La Chaire Capital Environnemental et gestion durable des cours d’eau au sein du laboratoire GEOLAB à l’Université de Limoges organise un colloque les 28 et 29 juin 2017. Celui-ci porte sur le lien entre l’imagination, le futur et les cours d’eau. Il ambitionne de faire dialoguer des chercheurs de diverses disciplines et des non-chercheurs pour imaginer ce que peuvent devenir les cours d’eau.

Le texte de cet appel à communications est disponible ici.

Le comité scientifique de ce colloque est composé de : Barraud Régis (Université de Poitiers), Bravard-Jean Paul (Université Lyon II, CNRS), Honegger Anne (CNRS EVS – ENS Lyon) et de Lévêque Christian (IRD).

Les propositions de communications sont à rédiger/dessiner sous la forme d’un résumé de une à deux pages maximum en version pdf et à envoyer aux deux adresses mail suivantes : jacques-aristide.perrin@etu.unilim.fr et james.linton@unilim.fr

Par ailleurs la date limite de réponse à cet appel à communication, initialement prévue le 29 janvier 2017, a été repoussée au 12 février prochain pour laisser plus de temps aux personnes qui seraient intéressées par le colloque.

AAC exposition-photo « L’eau ne tombe plus du ciel »

Nous diffusons l’appel à contribution de nos collègues du Rés-Eaux pour une exposition photo.

Le Rés-EAUx a le plaisir de diffuser l’appel à contributions pour l’exposition photographique « L’eau ne tombe plus du ciel. Techniques de pompage, pratiques sociales et nouveau rapports à l’eau » qu’il organise le 20 avril 2017 à l’Université Paris Nanterre (200 avenue de la république, 92000 Nanterre).

L’objectif de cette exposition photographique est de mettre en avant les techniques d’accès aux ressources en eau. L’inscription matérielle des techniques d’exhaure : les objets techniques, ont ceci de particulier qu’ils sont très présents dans le paysage, repérables à leurs formes souvent imposantes. Mais leur intérêt est occulté parce que l’attention est focalisée sur leur finalité : trouver l’eau. Or les techniques ne sont présentes dans un environnement social que du fait d’acteurs qui les utilisent ou les diffusent, qui souvent les conçoivent, les (ré)inventent et les adaptent à leurs réalités locales. Le point focal n’est donc pas uniquement la technique (l’objet), mais aussi les réseaux d’acteurs qu’elle mobilise et les territoires où elle se déploie (le « système technique »). Cette entrée par des objets matériels peut ainsi permettre d’identifier et de comprendre des structures sociales et politiques souvent non apparentes, traversées par – en même temps qu’elles l’influencent – l’évolution technique.

Cet appel à contributions s’adresse aux chercheurs et aux étudiants qui travaillent sur les thématiques en lien avec l’accès à l’eau dans le monde, toutes disciplines scientifiques confondues. Il cible également les acteurs associatifs invités à partager leurs expériences de terrain au sein de projets de développement ou de valorisation des ressources en eau aux Nords comme aux Suds.

Les contributions (photos accompagnées d’un texte court de 1500 à 1800 signes) sont à adresser au plus tard le 20 février 2017 par mail à l’équipe du Rés-EAUx : reseaup10@gmail.com. Merci d’indiquer dans l’objet du mail « Proposition de photos pour l’exposition ».

Plus de détails sur l’appel à contributions ci-joint.

Association Rés-EAUx
http://reseaup10.u-paris10.fr

Appel à communication – Colloque « Adaptation et résilience aux sécheresses »

Adaptation et résilience aux sécheresses. Perspectives historiques en Europe et alentours

Parmi les recherches en histoire de l’environnement et climatologie historique, peu font un focus sur les sécheresses. Ce colloque sera donc l’occasion d’explorer un thème encore peu abordé, dont les contributions dans la recherche internationale sont très diffuses. Il vise à rassembler les chercheurs travaillant sur les sécheresses historiques principalement en France et en Europe. Seront particulièrement attendues des communications mettant en lumière l’adaptation et/ou la résilience des sociétés à des épisodes de sécheresses.

Date limite pour l’envoi des propositions : 31 décembre 2016

Plus d’information ici.

Le colloque aura lieu les 1 et 2 juin 2017 à Strasbourg.

Colloque « Orléans et villes-fleuves du monde au fil des siècles : histoire d’eau et d’art »

Le colloque International « Orléans et villes-fleuves du monde au fil des siècles : histoires d’eau et d’art » (Hommage à Alain Malissard) se tiendra à Orléans, Auditorium du musée des Beaux-Arts, les 16, 17 et 18 mars 2017.

Autour des villes-fleuves, il s’agit de croiser et de confronter les regards des géographes et des historiens, mais aussi des archéologues, des juristes, des Lettres classiques et modernes, des historiens de l’art, des sociologues, des politologues … afin de retracer l’évolution historique des cultures urbaines de l’eau.

Appel à communication prolongé jusqu’au 16 décembre 2017.

Plus d’information ici.

 

 

Appel à communications pour un colloque à la fin juin 2017 intitulé « Si nous imaginons le devenir des cours d’eau, ils ressembleraient à… »

La Chaire Capital Environnemental et gestion durable des cours d’eau au sein du laboratoire GEOLAB à l’Université de Limoges organise un colloque les 28 et 29 juin 2017.

Celui-ci porte sur le lien entre l’imagination, le futur et les cours d’eau. Il ambitionne idéalement de faire dialoguer des chercheurs de diverses disciplines et des non-chercheurs pour imaginer ce que peuvent devenir les cours d’eau. Le texte de cet appel à communications est disponible ici : colloque 28-29 juin

Le comité scientifique de ce colloque est composé de : Barraud Régis (Université de Poitiers), Bravard-Jean Paul (Université Lyon II, CNRS), Honegger Anne (CNRS EVS – ENS Lyon) et de Lévêque Christian (IRD).

Enfin les propositions de communications sont à rédiger/dessiner sous la forme d’un résumé de une à deux pages maximum en version pdf et à envoyer jusqu’à la date limite du 29 janvier 2017 aux deux adresses mail suivantes : jacques-aristide.perrin@etu.unilim.fr et james.linton@unilim.fr

Colloque « Au-delà des dispositifs institutionnels : quelles formes alternatives de participation à la démocratie de l’eau ? »

La Chaire Capital Environnemental et Gestion Durable des Cours d’Eau (1) ainsi que les Rés-EAUx (2) invitent différents acteurs concernés par le domaine de la gestion des ressources en eau – gestionnaires, usagers, militants, élus, associations, chercheurs, etc. – à proposer des contributions à un colloque portant sur les formes alternatives de la participation dans la gestion de l’eau.

Ce colloque aura lieu à l’Université de Limoges le jeudi 17 et le vendredi 18 novembre 2016.

Les propositions de contributions sont attendues au plus tard le 15 juillet 2016, par e-mail, en format Word à : Altereau-unilim@sciencesconf.orget altereau.unilim@gmail.com

Le comité scientifique informera les contributeurs à partir du 1er août.

L’appel à communication et plus de détails sont sur le site web : https://altereau-unilim.sciencesconf.org/

Colloque Géohistoire de l’environnement et des paysages

Le laboratoire GEODE (UMR 5602 CNRS) organise le 12, 13 et 14 octobre 2016 un colloque international qui se tiendra à Toulouse (Université de Toulouse Jean Jaurès, Maison de la Recherche) dont la thématique est : « Géohistoire de l’environnement et des paysages».
Une des thématiques abordées est la Géohistoire des risques, géohistoire des zones humides (cours d’eau,…), géohistoire urbaine, géohistoire des forêts, géohistoire des montagnes, territoires et thématiques émergentes.
Les informations pratiques ainsi que l’appel à communication sont disponibles sur : http://blogs.univ-tlse2.fr/colloque-geohistoire/
Date limite de dépôt des propositions : 31 mars 2016.

2016 : l’eau ne coule plus de source Les Reclusiennes 2016

Rencontres scientifiques et citoyennes, destinées à faire se rencontrer de larges publics de la façon la plus ouverte possible, les Reclusiennes ont choisi le thème de l’eau pour leur édition 2016. L’hommage à Elisée Reclus, auteur de l’« Histoire d’un ruisseau » et natif de la ville renforçait ce désir, en même temps que la présence si tangible de la Dordogne au bord de la bastide de Ste Foy la Grande, en Gironde, où se déroule cette manifestation. Le fleuve sera d’ailleurs le lieu de rencontres et de découvertes, suscitées par Epidor, Etablissement Public Territorial du Bassin de la Dordogne qui travaille à la fois à sa préservation, sa mémoire et sa valorisation.

Les propositions seront formulées sous la forme d’un texte de 1 500 signes précisant l’atelier dans lequel elles souhaiteraient s’inscrire (voir rappel des propositions d’ ateliers ci-dessous), le titre de la proposition, le nom et l’appartenance institutionnelle de l’(ou des) auteur(s) et le format de la communication. Ce texte sera accompagné de références bibliographiques (5 au maximum) et d’une biographie synthétique de l’(ou des) auteur(s) de 400 signes.

Il sera transmis avant le 15 avril 2016

sous forme de pdf à l’adresse suivante : conf@lesreclusiennes.fr et sophiemoulard7@gmail.com

Le comité scientifique donnera sa réponse pour le 15 mai 2016 au plus tard.

http://calenda.org/358048