Concours de nage cet été dans certains cours d’eau

Cet été à Paris, Lyon et Douarnenez, plusieurs types de courses sont organisées : http://www.lafrancealanage.com/apropos/

Un précédent billet sur ce blog expliquait le long cheminement de l’Etat et de collectivités pour retrouver des pratiques de nage dans les cours d’eau et l’effet que pourrait avoir l’obtention des JO 2014 à la ville de Paris à ce sujet.

S’il faut saluer cette initiative estivale (pilotée par des (anciens) nageurs professionnels à la notoriété publique, il faut également constater la privatisation temporaire de la nage dans des cours d’eau domaniaux.

 

Les eaux dans la campagne présidentielle

La campagne des élections présidentielles de 2017 n’a jusqu’ici pas permis de traiter les enjeux liés aux eaux. Seuls quelques événements isolés ou propositions peu relayées ont parfois tenter de les interpeller/de donner la parole à des candidats pour s’exprimer ( exemples : http://www.liberation.fr/evenements/31-forum-quand-l-eau-revele-le-monde/ ; https://www.partenariat-francais-eau.fr/5-propositions-pour-leau-et-lassainissement-pour-tous-presidentielles-2017/ ; http://www.solidarite-laique.org/informe/pour-un-pacte-de-solidarite-et-de-developpement-durable-en-2017/ ) sans succès médiatique notable.

Il ne faut pas s’en offusquer, loin de là, dans la mesure où cela est assez habituel à une exception près (avec R. Dumont en 1974 : http://www.ina.fr/video/I09167743) ou peut-être deux (Pacte écologique en 2007). Il est aisé d’ailleurs de reconnaître qu’il est impossible d’intégrer aux programmes de campagne lesmilliers de sujets – dont les eaux font partie – susceptibles d’être évoqués. La mobilisation de certaines thématiques (économie, impôts, sécurité…) témoigne d’une priorisation des enjeux et de stratégies politiques. Force est de constater que l’eau n’est pas une priorité .

D’un certain côté, il faut s’en réjouir car cela signifie que le niveau de sa qualité et de sa quantité n’est pas considéré comme suffisant alarmant pour devenir dans l’espace public un enjeu politique d’envergure nationale suffisamment mobilisateur pour intéresser l’électorat.

D’un autre côté, il faut le regretter car, par ce silence, les enjeux liés aux eaux ne sont guère discutés et donc politisés publiquement. Encore aujourd’hui, ces sujets semblent être considérés comme purement techniques (choix des infrastructures, technologies, gestion de l’énergie et de l’irrigation via des barrages) aux yeux du grand public (voire pour une partie des élus ?) alors même que nombre de ces sujets sont in fine politiques (priorisation des sujets de gestion, choix de financer tel projet, choix de respecter telle réglementation ou Directive Européenne en la matière au détriment d’une autre …).

Quelques sujets en rapport avec les eaux ont été abordés ces derniers mois par les différentes instances de la sphère juridico-politique-médiatique (gestion des effets de l’affaire dite de SIVENS, droit à l’eau, application de la GEMAPI, gestion suite aux épisodes de sécheresse ou d’inondation, continuité écologique, intégration de l’ONEMA dans l’AFB…) mais aucun n’a surgi dans la campagne présidentielle. Il semble que nous devions attendre une future loi sur l’eau lors de la/les prochaines législature(s) pour assister à une discussion d’ordre général sur le devenir de l’administration des eaux.

C’est bien dommage car à défaut de se contenter de quelques expressions dans la presse en rapport à l’eau (le navire prend l’eau’, ‘le programme tombe à l’eau’ ou encore ‘tout part à vau-l’eau’), l’équipe du blog aurait été ravi de :

rendre compte et de comparer les programmes politiques en rapport avec les eaux

comprendre ce qu’est un programme/un projet sur les eaux de ‘droite’-de ‘gauche’-du ‘centre’-des ‘extrêmes’

d’analyser sur un plan discursif ce qui est inclus et exclus dans la ‘nature’, l’’écologie’, les ‘eaux’ par les différents candidat(e)s.

comparer les desseins et visions de la France/de l’Europe/du monde en rapport aux eaux

Peut-être pour une prochaine fois.

A défaut de cela, voici un rappel des dates du 1er tour (22 avril 2017) et du second (6 mai 2017) tour des présidentielles.

jap

Les effets éventuels de l’élection de D. Trump sur la recherche

Exceptionnellement, l’article proposé ne traite pas de la gestion de l’eau en elle-même mais des influences éventuelles du monde politique sur la recherche (entre autres de l’eau). Il est à consulter ici sur le site du Courrier International.

De cet important résultat électoral peut découler une nouvelle orientation dans la gestion des eaux d’un pays voire, par mimétisme ou migration des idées, dans d’autres à terme. Un autre effet a trait à la recherche en raison d’une part de changement de priorisation des thématiques proposées par des instances gestionnaires, d’autre part de modifications de règles d’attribution de financement et par voie de conséquence, des résultats de cette même recherche sans parler de sa connivence avec les mondes économique et de l’ingénierie.

Dans le cas états-unien, l’étude de l’évolution des pratiques de recherche sur les cours d’eau sera « intéressante » à suivre pour identifier les éventuels changements de priorités et de financements, les potentielles recommandations d’orientation dans l’étude de sujets tels que le changement climatique, la biodiversité, les gros barrages, l’agriculture. L’évolution des carrières d’ « experts » clefs, des discours qu’ils porteront, du rôle des bureaux d’étude et think tank dans la gestion de l’eau made in USA est également à observer.

L’étude comparative avant/après élection pourrait ainsi révéler les accointances entre Sciences et Politiques et démontrer le poids de visions politico-scientifiques dans le devenir du gouvernement des eaux.

Critique du film « La Terre éphémère » (2014) de George Ovashvili

Derrière ce titre poétique se cache un film géorgien à l’esthétique épurée contant le labeur agricole d’un vieil homme et de sa petite fille sur une bande de terre fertile formée par la décrue printanière au milieu du fleuve Inguri.

Les sols d’alluvions sont pétris de limons garants d’une productivité certaine en raison notamment d’une bonne réserve utile et d’une faible quantité de pierre. Ayant manifestant conscience et l’habitude de ce type de terrain, les deux personnages investissent ce bout de terre après chaque débarquement du continent en construisant d’abord une cabane, en piochant la terre puis en disséminant les graines de maïs pour les faire germer durant l’été.

Le film suit ainsi leurs péripéties au gré de la météo et de la situation géopolitique tendue dans laquelle nage ce morceau de glèbe. Implanté à équidistance de la Géorgie et de l’Abkhazie, territoire sécessionniste depuis 1992, cette terre cultivable est cernée de temps à autre par le passage d’embarcations militaires géorgiennes, abkhazes et russes à la recherche de la moindre étincelle pour déclencher de nouveau les hostilités.

Ce film mérite d’être visionné pour trois raisons principales. La démarche contemplative nous permet de nous transporter dans ces paysages de vallée, néanmoins relativement proches des montagnes. Le travelling de la caméra épouse certains gestes archétypaux de cette pratique agricole relativement physique mais bienveillante envers cette terre dont les personnages prennent soin, conscients de leur dépendance envers elle pour se nourrir.

Sur un plan socio-géographique, cette expérience de terre émergée dépeint le quotidien de nombre terriens dépendant des mouvements des fleuves pour cultiver des terres aussi fécondes que fragiles. En effet la scène finale (remarquable dans sa reconstitution) rend parfaitement compte des évolutions géomorphologiques et de l’inondation progressive de cette bande de terre jusqu’à son immersion sous la lame d’eau. Le film nous rappelle ainsi l’existence (non-idéalisée) de mode de vie bien loin du modèle productiviste de certaines sociétés.

Enfin malgré son caractère taiseux, ce film invite à la réflexion sur la relation Homme-Nature appelée aussi socio-nature en sciences sociales, sur le rôle du fleuve en tant que frontière ‘naturelle’/politique ? La relation entre les sciences et l’art cinématographique n’est pas en reste avec un potentiel empirique et imaginaire/esthétique incontestable.

La bande-annonce est à visionner ici : http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19549563&cfilm=229885.html

Ps : Néanmoins ce film pourra être ennuyeux pour ceux ou celles qui n’auraient pas l’habitude des films aux rythmes lents.

Construire une identité avec l’élément eau : une gageure ?

La visée d’un reportage sur le fleuve Dordogne, que S-Eau-ciétés mettra en ligne sur le blog en temps voulu si sa réalisatrice-chercheuse Emilie Cremin (GEOLAB, Université de Limoges, Chaire Capital environnemental et gestion durable des cours d’eau) et ses collègues (Natacha Jacquin, Jamie Linton) donnent leur accord, questionne un entêtant et intéressant sujet pour le monde de la recherche et au-delà : comment construire une identité avec/grâce/à travers l’eau ?

Cette vidéo-recherche rend compte de l’opinion des habitants vivant en bordure de Dordogne. Lors d’ateliers organisés dans plusieurs communes en haute Dordogne (amont), en Dordogne moyenne et en Dordogne Atlantique (estuaire), leurs paroles furent recueillies.

Carte de la Dordogne

Carte extraite du site http://sitepasite.free.fr/dordogne/dordogne_vallee_dordogne.html

Voici un bref résumé de l’ambition de ce projet achevé incessamment sous peu :

« Au cours du XXe siècle, les habitants du bassin versant de la Dordogne ont cohabité avec un fleuve en pleine transformation. Au travers de ce film, les habitants de la vallée reviennent sur l’histoire de leur fleuve : du temps de la navigation fluviale à celui de la construction des grands barrages dans les années 1940-1945. Bien que le fleuve ait changé, les habitants témoignent de leur attachement à des lieux où l’eau est toujours présente : les cœurs de village, les fontaines, les lavoirs ; les berges du fleuve sont des espaces de promenade, mais aussi des lieux de pêche et de tourisme… ».

L’élément le plus frappant – en rapport avec ce billet – est la manière dont chaque habitant interrogé parle de « sa » Dordogne et non de « la » Dordogne : du vécu des paysages fréquentés, des usages et agréments (baignade, pêche) présents aux environs de leurs habitations, de l’Histoire que chaque communauté a tissé avec un fragment du fleuve.

En première analyse, on pourrait penser que cette appropriation locale est logique et attendue : chacun parle de ce qu’il connaît le mieux et observe quotidiennement, à défaut d’une vision d’ensemble (improbable) en termes de bassin versant. Cette dernière ne pourrait en effet qu’être l’apanage des gestionnaires (EPTB) avec un vocabulaire plus technique, administratif et global. Ainsi il serait aisé d’en déduire l’absence d’identité dordognote/dordognaise (?) homogène et unie et subséquemment l’existence d’identités hétérogènes dépendantes d’autres critères tels que par exemple les bassins de vie composant ce territoire fluvial. Il faudrait dès lors les additionner pour obtenir une vue d’ensemble tels un puzzle à (re)composer. Dans cette hypothèse (géographique), le déterminisme local primerait sur un déterminisme liquide : la navigation fluviale est alors le seul potentiel vecteur d’union pour recréer du lien via le tourisme ou le développement du transport fluvial…

La Dordogne n’est évidemment qu’un exemple et ce mode de raisonnement est reproductible sur nombre de cours d’eau suffisamment important en longueur comme la Loire (les habitants de Vichy parleraient-ils des mêmes choses que ceux de Tours …), le Rhône (les genevois auraient-ils le même discours identitaire que les valenciens), la Seine (idem entre les habitants du Morvan, de Paris ou du Havre), la Garonne (entre Toulouse ou Bordeaux, villes rivales du Sud-Ouest) ect.

En effet si déterminisme local il y a, il est intéressant de comprendre pourquoi, comment, à cause/grâce à quoi ? Comment se fait-il qu’historiquement des bassins de vie ne se soient pas constitués à l’échelle des bassins versants malgré le développement socio-économique conséquent de la France (bassins versants trop grands, discontinuités géographiques empêchant les échanges pérennes, identités culturelles/régionalistes rivales, raisons socio-politiques, volonté jacobine de ne pas favoriser l’identification de territoire ect) ? Quel a été le passé de ces territoires (de vie) et quels liens ont-ils tissés avec le fleuve pour qu’ils se construisent avec seulement une partie du tronçon du fleuve et contre/à côté des parties restantes du linéaire fluvial ?

Une autre perspective plus fédératrice est également possible pour analyser les relations eaux/identités. Elle soutiendrait l’idée que ces deux formes de déterminisme (local et liquide/fluvial) ne s’opposent pas frontalement mais se complètent. Pour cela, il faudrait donner des explications aux questions suivantes : en quoi et grâce à quoi l’existence physique et administrative de ces bassins versants a favorisé ou défavorisé la création, recréation ou maintien d’une identité fluviale/liquide ? Comment des problèmes détectés sur certains territoires du fleuve sont perçus par d’autres ?

Dans ces deux modes de réflexion, l’analyse scalaire ainsi que la considération des relations entre mondes sociaux et physiques ne sont pas les mêmes. Dans un premier cas, on privilégie le point de vue des habitants en partant du terrain/local pour ensuite tenter de voir plus large. Dans le second, les échelles sont itératives, monde social et monde physique sont intriqués pour comprendre in fine la diversité des identités dans leur unité.

Si l’on sait depuis bien longtemps que l’identité est un profond mélange de culture et de politique, démêler le sujet est profondément complexe et délicat dans la mesure où tout n’est pas mesurable, commensurable, évaluable, comparable lorsque l’on s’intéresse aux perceptions, sentiments, attachements.

Apporter des réponses à toute ces questions, autant que cela soit possible, permettrait d’identifier les risques (hiérophanie et mythification de l’eau, lutte territoriale hégémonique pour s’approprier/accaparer l’identité) et les bienfaits (meilleure connaissance des milieux aquatiques et des aménagements/technologies ?, interculturalité, construction de solidarité amont-aval, évolution des modes de gouvernance et d’élaboration de politique de l’eau) de la construction de cette identité socio-liquide.

Ps : ce questionnement ne concerne pas seulement les cours d’eau mais par ailleurs l’ensemble des eaux (eaux des villes, zones humides). L’identité d’une ville est vécue par ses habitants à travers ses fêtes, son patrimoine bâti, culinaire ou ses caractéristiques géographiques (collines, fleuves, littoral, parc…) mais trop peu (malgré quelques micro-tentatives comme les visites de quelques stations d’épuration lors des journées du patrimoine, la réhabilitation du patrimoine aquatique comme les lavoirs, la mise en bouteille  de l’eau du robinet et appellation de l’eau comme à Besançon ect) sur la qualité et le goût de son eau. Quand aurons-nous droit à une visite des égouts, des sites où se situent les nappes phréatiques ou la dégustation des eaux de ville pour comprendre ses spécificités culturalo-technico-physiques ?

jap

 

Vers un retour en France du bain dans les cours d’eau ? Analyse et prospective

Nous avons pu le lire dans la presse depuis quelques mois : Paris envisage d’autoriser la baignade dans la Seine d’ici quelques futures années. Si l’idée paraît séduisante (pourquoi donc continuer à vivre à côté de ce fleuve si l’on ne peut profiter de ses quelques bienfaits), elle est particulièrement ambitieuse pour moult raisons que nous allons à présent évoquer.

La municipalité-département de plus de 2 millions d’habitants a posé sa candidature pour accueillir les Jeux Olympiques d’été en 2024. Des épreuves sportives nautiques sont prévues telles que les sports d’eau vive (canoë Kayak..) ou de navigation (voile…) : Paris envisagerait d’organiser une partie de ces épreuves sur la Seine (à savoir l’épreuve de natation du triathlon) ! Le décor semble idéal en effet : chaque habitant de Gaïa – par le medium de la télévision ou d’internet – pourrait soutenir de manière chauvine son athlète en train de nager tout en admirant l’esthétique patrimoine bâti de la Ville Lumière.

Néanmoins un problème de faisabilité se pose correspondant à l’enjeu principal de ce projet : la Seine ne présenterait pas une qualité d’eau suffisante pour la rendre accessible à la baignade. Notons d’ailleurs que ce problème se pose en ce moment même dans le cadre de la tenue des JO à Rio cet été : la baie de Guanabara, où doit se dérouler des épreuves, présente une qualité d’eau insuffisante rendant d’ores et déjà certains athlètes malades durant leurs entraînements…

La maire de Paris poursuit plus loin son ambition : « l’héritage des Jeux pour Paris peut être un héritage écologique » (source : http://www.huffingtonpost.fr/2015/07/08/se-baigner-dans-la-seine-a-paris-possible-apres-jeux-olympiques-2024-proposition-anne-hidalgo_n_7750798.html ). Ainsi le vœu final serait à terme – après l’obtention des JO contre LA, Budapest et Rome et leurs tenues, de faire revenir les parisiens à la baignade fluviale après l’avoir interdit presque cent ans plus tôt, en 1923. D’autres villes comme Bâle en Suisse ou certains tronçons à Munich seraient d’ores et déjà propices aux baigneurs (http://www.lalsace.fr/actualite/2015/07/24/les-balois-se-jettent-dans-le-rhin). L’idée n’est donc pas vierge d’application étant donné le nombre grandissant et émergeant de projets liés au ‘wild swimming’. A quand donc un Paris-plage avec un droit d’accès à l’eau sans risquer comme aujourd’hui 15 euros d’amende et d’ingurgiter quelques fâcheuses bactéries ?

La première difficulté est de taille : elle représente un coût très important expliquant entre autres la promesse non tenue de Jacques Chirac en 1988, alors maire de Paris, qu’il sera possible de se baigner dans la Seine dès 1993. Effectivement si la faisabilité technique du projet est avérée à travers le traitement de toutes les eaux pluviales et de ruissellement, c’est sa cherté de l’ordre de plusieurs centaines de millions d’euros qui fait hésiter les décideurs. S’ils poursuivent leurs rêves, recourront-ils à l’emprunt, à une augmentation des impôts locaux, appel à don ? L’efficience (appréciation des résultats en fonction des coûts mis en œuvre) est donc au cœur du problème sachant que les JO représentent des dépenses très importantes dont les recettes se font parfois toujours attendre comme le suggère l’exemple grec en 2004 (http://www.slate.fr/economie/60043/jo-2004-athenes-ruine-grece).

La seconde grande question que cela pose est socio-psychologique. Viendrons-nous nous baigner dans nos cours d’eau à l’avenir ? Alors que cette pratique a lentement décliné au 20ème siècle, les raisons de cet apparent rejet restent encore plutôt obscures (du moins à ma connaissance). Si nous pouvons invoquer l’explication sanitaire (les cours d’eau de l’époque étaient plus pollués qu’aujourd’hui : par exemple les PCB), il ne résiste pas toujours aux faits car la pratique de la baignade en eaux vives semble avoir perduré parfois jusque dans les années 60 avec des clubs de natation, des plages, des baraquements pour se changer. S’agit-il d’autres raisons liés au risque comme l’aspect ‘juridique’ pour les municipalités en souhaitant éviter des procès liés à des noyades ou encore de stratégies en souhaitant concentrer les masses de baigneurs dans des plans d’eaux autorisés (lacs…) ?

Peut-il également s’agir de facteurs ‘pratico-logistiques’ en voulant favoriser le transport fluvial et donc réserver l’espace entier aux bateaux/navires ?

A travers une analyse plus critique, nous pouvons alléguer également de raisons d’ordre ‘politico-économique’ par une volonté de « publiciser » (et donc pas de communaliser au sens du bien commun) les zones de baignade dans les piscines municipales mais aussi psychologiques en raison d’un désir de succomber au ‘modernisme’ et à la consommation à travers le développement exponentiel des piscines privatives et des jacuzzis. L’ensemble de ces motifs et bien d’autres méritent d’être creusés et approfondis pour identifier clairement les raisons sociales, politiques, économiques et psychologiques qui nous ont fait abandonner la pratique de la baignade en milieux aquatiques naturels. Cet éclairage permettra ainsi de comprendre ce qui peut constituer aujourd’hui un obstacle défavorable à un retour de cette forme de baignade.

Si ce projet éclot (et donc parvient à soulever un certain nombre de questions soulevées préalablement), se développe et parvient à ses fins, il sera intéressant d’analyser cette évolution sociale pour comprendre la relation complexe que développe les riverains, parfois citadins, avec leur cours d’eau qu’il soit fleuve, rivière ou ruisseau. A l’image de l’aménagement des berges dans nos villes européennes depuis une quinzaine d’années, on peut imaginer que ce projet déclenchera potentiellement un effet boule de neige dans d’autres villes  – à l’orée du changement climatique et des ilots de chaleur – permettant à une large population de s’approprier encore davantage certains espaces aquatiques/fluviatiles. L’appartenance à l’élément ‘eau’ passe peut-être par une pratique autre que son absorption par robinet, par des sensations sportives ou de détente, soit un certain vécu partagé à son contact de manière à modifier nos comportements en vue d’en prendre encore plus soin.

jap

Petit billet pour une longue conférence : retour sur la place de l’eau dans la COP21

La COP21 est maintenant achevée depuis plusieurs semaines, avec un accord qualifié « d’historique » par les parties prenantes. Il vise en effet à rester sous le seuil symbolique des 2°C d’augmentation, définit une équité dans les efforts à fournir par les pays (les pays industrialisés ayant un effort plus conséquent à fournir car plus gros pollueurs), veut imposer un fond de 100 milliards de Dollar pour aider les PED à s’adapter et promet une révision quinquennale de plans nationaux. Dans cet accord considéré comme ambitieux, quel est le bilan dans le domaine de l’eau ?

La COP 21 fut un grand événement dans l’agenda politique et médiatique de la France, de fait une majorité d’articles ont été publiés avant la tenue de la conférence. Parmi eux, l’anecdotique tient une place importante. Le Parisien nous apprend que les participants à la COP ont tous bu de l’eau du SEDIF distribuée dans des gourdes à l’empreinte carbone limitée (http://www.leparisien.fr/espace-premium/actu/eau-du-robinet-pour-tous-a-la-cop21-24-10-2015-5213733.php), tandis que le Figaro nous informe que les équipes du RAID ont assuré une protection spéciale des réseaux d’eau du Bourget (http://www.lefigaro.fr/societes/2015/11/28/20005-20151128ARTFIG00123-l-eau-sous-tres-haute-surveillance-a-l-occasion-de-la-cop21.php).

Plusieurs articles mettent en avant la thématique de l’eau comme étant une grande absente des débats de la COP21 qu’il s’agisse des océans comme le souligne Paris Match dans son interview de Laurent Fabius (http://www.parismatch.com/Actu/Environnement/Cop21-Laurent-Fabius-L-eau-est-un-enjeu-pour-la-paix-851925) ou de l’ensemble des ressources en eau comme le rappelle Brice Lalonde dans un entretien au journal le Monde (http://www.lemonde.fr/idees/article/2015/12/04/cop21-n-oublions-pas-l-eau-face-cachee-du-changement-climatique_4824477_3232.html). Les deux ministres mettent tous les deux en avant les atouts de la France dans le domaine de l’eau et ont appelé à mieux l’intégrer dans les discussions de la COP 21. Malgré tout l’eau est présente dans les 2/3 des contributions des parties ayant rendu un plan d’action contre le changement climatique. Sous le volet « Adaptations », l’eau est le domaine prioritaire d’action dans 89 % des plans (http://www.coalition-eau.org/nos-actions/plaidoyer/changement-climatique).

Un accord sur l’eau a été signé durant la COP 21.

La journée du 2 décembre a été marquée pour la première fois par la signature d’un accord sur l’eau par 87 pays dans le cadre d’une COP (http://www.actu-environnement.com/ae/news/cop21-pacte-paris-eau-adaptation-gestion-bassin-25783.php4). Le « Pacte de Paris sur l’eau et l’adaptation au changement climatique » fournit des principes généraux pour l’adaptation au changement climatique dans le domaine de l’eau (utilisation plus économe et plus durable des ressources en eau, protection et restauration des zones humides et des côtes, mises-en place de systèmes de monitoring, etc.) Le Pacte est porté par un grand nombre de d’organisations de bassins, gouvernements, bailleurs de fonds du développement, entreprises et ONG qui prônent une gestion de l’adaptation par bassin versant. Le volet financement de cet accord se montre assez ambitieux avec la mise en place d’un fond de 20 millions pour l’assistance technique et jusqu’à un milliard de dollars pour financer des dizaines d’initiatives privées et publiques (http://newsroom.unfccc.int/lpaa/resilience/press-release-lpaa-resilience-1-paris-pact-on-water-and-climate-change-adaptation-announced/?utm_content=bufferddbb6&utm_medium=social&utm_source=twitter.com&utm_campaign=buffer#downloads).

La France illustre ces initiatives par un financement de 56 millions d’euros de l’Agence Française de Développement pour la protection d’une banlieue de Dakar contre les inondations (http://www.france24.com/fr/20151202-cop21-eau-climat-pacte-paris-royal-environnement-inondation-secheresse). Plus qu’à l’incertitude climatique, le problème des inondations de la zone de Pikine au nord de Dakar est essentiellement lié à l’aspect informel de l’aménagement urbain. Les quartiers y furent construits en périphérie de bas-fonds, sans plan d’aménagement préalable et donc sans drainage ni assainissement contraignant l’eau de la saison des pluies à stagner, entraînant maladies et insalubrité. Le projet vise donc autant à améliorer la gestion de l’eau d’un tissu urbain existant face à l’artificialisation des sols qu’à prévenir d’une probable augmentation des extrêmes climatiques.

« Le pacte de Paris pour l’eau » a un caractère incomplet puisqu’il n’est qu’une promesse signée sans engagement. Il montre par ailleurs que l’eau n’a pas été inscrite à l’agenda officiel des négociateurs mais a simplement été discutée dans le cadre d’une journée technique. Le mot « eau » n’apparaît d’ailleurs pas dans le document préparatoire de l’accord final.

De nombreux articles étayent ce constat. Par exemple, le directeur général de Suez s’est exprimé dans l’Usine Nouvelle en critiquant la sous estimation de la question du lien entre eau et réchauffement climatique au sein de la COP21(http://www.usinenouvelle.com/article/cop21-l-eau-danger-cache-du-changement-climatique-qui-destabilise-deja-le-monde.N366548). Par contre et assez étrangement, il est très difficile de trouver des articles relayant les positions et points de vue de la société civile sur la COP.

La COP 21 et son euphorie médiatique terminée, les articles publiés sont peu nombreux.

Ils mettent en lumière l’espoir d’évolutions pour les COP à venir du fait notamment de l’inscription de l’eau comme étant l’une des préoccupations que doivent avoir les Etats dans leurs réflexions futures autour du changement climatique (http://www.environnement-magazine.fr/presse/environnement/actualites/6345/l-apres-cop21/l-integration-de-l-eau-au-sein-des-futures-cop-est-acquise).

La question de l’eau sera d’ailleurs traitée thématiquement dès la COP22 qui se tiendra au Maroc (http://www.frequenceterre.com/2015/12/22/cop-21-laccord-de-paris-un-espoir-a-transformer/). Le pays a fait savoir par l’intermédiaire de sa ministre déléguée aux problématiques de l’eau qu’il y aurait un enjeu très fort sur cette thématique lors de la prochaine COP avec notamment l’organisation en amont d’un événement sur le climat et l’eau (http://www.actu-environnement.com/ae/news/cop21-pacte-paris-eau-adaptation-gestion-bassin-25783.php4).

La COP 21 n’a finalement accordé qu’une petite place à l’eau : seule une journée lui a été consacrée. Certes elle a abouti à un Pacte sur l’Eau, il s’agira de voir si celui-ci sera ratifié et si ces préceptes seront appliqués à l’avenir. L’analyse critique et le bilan de la COP 21 restent assez limités, on trouve peu d’articles à ce sujet. Sur la question de l’eau, la société civile ne semble pas s’être fortement mobilisée. La place de l’eau semble malgré tout prendre de l’ampleur dans les négociations climatiques, puisqu’elle sera au cœur des enjeux la future COP 22 au Maroc. L’exemple du projet de gestion des inondations dans la banlieue de Dakar montre que la question de l’eau (potable, assainissement, GIRE, inondations, etc.) est un élément transversal de l’adaptation qui passe par un développement toujours plus durable.

Antoine Brochet & Laurent Bruckmann

1er billet d’humeur à propos d’un possible décalage entre science et pratique

J’inaugure cette nouvelle rubrique intitulée « billet d’humeur » en vous faisant partager un certain état d’âme en ce dimanche morose sur Limoges.

Jeudi et vendredi de cette semaine, mon laboratoire a organisé un colloque européen prénommé « La crue, l’inondation : un patrimoine ? » (pour consulter le programme : https://calenda.org/338765 ).  Si cet événement scientifique s’est parfaitement bien déroulé, je ne peux m’empêcher de repenser aujourd’hui –au lendemain des inondations meurtrières en Alpes-Maritimes- à cette interrogation que je me suis posée lorsque j’appris la tenue de ce colloque : de quelle manière une personne qui a vécu dramatiquement un tel événement a priori naturel pourrait accepter cette interrogation plutôt polémique ? Comment le comprendrait-elle sans faire preuve de fatalisme (si l’inondation est considérée comme un patrimoine, alors les gestionnaires vont vouloir la préserver et laisser aller la prochaine crue) ou être choquée par si peu d’empathie de la part de chercheurs indemnes et les pieds au sec dans leurs bureaux ? Il est en effet gênant de constater parfois un tel décalage entre un questionnement d’ordre scientifique et la réalité sur le terrain (http://www.lemonde.fr/planete/article/2015/10/04/retour-sur-les-tempetes-et-inondations-des-25-dernieres-annees_4782184_3244.html ) .

Celui-ci n’est pas propre à la thématique de l’inondation ou au domaine de l’environnement mais concerne beaucoup de thématiques de recherche : la pauvreté (comment étudier la pauvreté sans savoir ce que c’est ?), le chômage, l’insécurité, les questions bioéthiques (comment adopter un discours normatif et prescriptif en tenant compte des incertitudes scientifiques, des considérations morales et des demandes de la population ?)…

Me viennent alors deux types de réflexion qui peuvent justifier ou non de telles entreprises scientifiques. Je vous en laisse juger :

  • Le rôle de l’éthique pour veiller à adopter un regard qui puisse convenir à ‘la visée de la vie bonne, avec et pour les autres, dans des institutions justes’ (P. Ricoeur). Plus spécifiquement il convient de faire raisonner sa conception de l’éthique avec celle de la déontologie. Dans une telle situation liée aux inondations, l’objectif du colloque n’est nullement évidemment de provoquer les victimes ou d’adopter une position fataliste mais de parvenir à reconsidérer dans certains cas une crue comme un événement qui peut participer à la culture du risque et à la regénération des terres voire des cours d’eau. Il peut d’ailleurs même parfois quand il est voulu et accepté être un événement de fête. Néanmoins quand la catastrophe survient de manière brusque, inattendu et dans un contexte d’impréparation, il en est tout autre. C’est pourquoi finalement il faut accepter parfois que certains se posent des (bonnes ?) questions qui, même si elles ne trouveront pas de solutions universelles, pourront servir dans certains cas mais pas dans d’autres.
  • En lien avec la question de l’éthique, le rôle de la science dans la société n’est pas de plaire ou complaire, de servir une cause ou une partie de la population mais d’agir en vue de découvrir quelque chose utile ou non en soi, bienfaisant ou non en soi, acceptable ou intolérable. En revanche c’est l’usage potentiel de cette découverte auquel il faut veiller. Le but de la science est de comprendre pour comprendre (mais comprendre quoi tout de même sans faire trop de tautologie ?) pour favoriser une transmission du savoir en vue d’un éventuel progrès de la société.

Mais c’est là où le bât blesse. Comment faire comprendre qu’une telle réflexion puisse participer au progrès dans des cas aussi sensibles ? Ce décalage entre vécu et science est-il inévitable ? Pire, impénétrable ?

Merci pour la lecture.

jap