Bilan des journées 2014

Bilan des Premières Doctoriales en « Sciences Sociales de l’eau »

Compilation des résumés des présentations

Les 1ères Doctoriales en « Sciences sociales de l’eau » organisées par l’UMR GESTE les 4 et 5 décembre 2014 à l’ENGEES de Strasbourg ont rassemblé 61 personnes, dont entre autres :

  • 25 jeunes chercheurs venus de France, de Suisse et de Belgique pour présenter leur travail de thèse,
  • 10 chercheurs confirmés sollicités comme discutants et présidents de session,
  • un « grand témoin » (J. Verdier),
  • le président de la Société Hydrotechnique de France et le lauréat du prix de thèse SHF (J. Cabalion).

Cet évènement a reçu le soutien financier et logistique de l’Engees, Irstea, l’Agence de l’Eau Rhin-Meuse, la Société Hydrotechnique de France, l’école doctorale Augustin-Cournot, la CASDEN, la ville et la communauté urbaine de Strasbourg, l’Association Française pour l’Eau l’Irrigation et le Drainage.

Pour introduire ces Doctoriales, J. Verdier est intervenu pour montrer le décalage entre l’histoire « officielle » d’une institution internationale, l’International Water Management Institute, telle qu’elle se donne à voir sur son site internet par exemple, et l’histoire telle qu’il l’avait vécue de l’intérieur. Il a ainsi pu remettre en avant des dimensions occultées du discours officiel, dont les enjeux géopolitiques ayant présidé à la création de l’IWMI et les glissements progressifs d’une recherche orientée vers les cas concrets et résultats opérationnels vers une production de concepts et de méthodes génériques, applicables de manière « universelle ».

La première session plénière a ensuite abordé de diverses manières l’évolution du statut (juridique) et des représentations des eaux. J. Gudefin a montré comment le droit était passé depuis une trentaine d’années d’une vision de l’eau comme chose attachée à un fonds à celle de l’eau envisagée à travers le cycle hydrologique. A. Kohlbrenner a présenté son projet d’histoire de la gestion des eaux usées et pluviales à Bruxelles, puis N. Capellini a montré comment en Amazonie les rivières avaient été envisagées lors de la dictature militaire notamment comme des « usines à énergie ».

La première partie de l’après-midi était organisée en deux sessions parallèles. Dans celle consacrée aux services d’eau, de nombreux enjeux contemporains les concernant ont été abordés : problématique des fuites d’eau avec un essai de modélisation économique d’un optimum de qualité du réseau ; approche historique et critique des politiques de modernisation, telles qu’elles se déclinent sur le territoire grenoblois dans trois dimensions principales que sont les indicateurs de performance, la relation aux usagers et le changement d’échelle ; transformation des usages du réseau d’eau non potable que possède la ville de Paris ; évolution du « régime de l’eau » dans les villes (Séville, Magdebourg) faisant face à un déclin rapide et brutal de leurs consommations d’eau.

Dans celle consacrée à la qualité, il a été question de la perception de la qualité des eaux par les usagers dans la Ville de Versailles ou dans le bassin Loire-Bretagne avec une approche historique, mais également de l’adoption des mesures agri-environnementales pour réduire la pollution agricole.

Enfin, l’après-midi s’est terminée par une dernière session plénière dédiée aux changements dans les politiques publiques territoriales, qu’il s’agisse de la gestion des eaux souterraines au Maroc et des difficultés de mise en œuvre de la réforme, des effets du repositionnement de l’Etat territorial en France sur sa capacité à peser sur la gestion des ressources et milieux aquatiques et enfin sur les effets du fédéralisme sur la mise en œuvre de la GIRE dans deux pays, la Suisse et le Brésil.

La soirée s’est terminée par une réception offerte par la mairie de Strasbourg et un repas collectif.

La seconde matinée était organisée en quatre sessions parallèles. Dans celle consacrée à la démocratie de l’eau, divers modalités et enjeux de la participation ont été abordés avec des terrains en Suisse (planification concertée des aménagements de rivière dans un contexte de fragmentation institutionnelle et de ‘menace’ du recours au référendum) et en France (modalités d’apprentissage à l’occasion d’un jury citoyen organisé par l’EPTB Charente). La démocratie de l’eau a également été abordée sous l’angle des mobilisations sociales sur l’eau et de leurs effets sur la gestion des services.

La session sur les « Inondations » a abordé la crue comme ressource dans la vallée du fleuve Sénégal, les comportements d’adaptation face au risque inondation dans le delta intérieur du Niger mais également d’un point de vue plus théorique par une approche en économie comportementale.

Une session s’est intéressée à l’accès à l’eau dans les villes du sud. Les cas brésilien, togolais et maghrébin ont été traités du point de vue de la mesure des inégalités, de la question de l’incitation et du recouvrement des coûts.

La session consacrée aux cours d’eau a permis de suivre la notion de « continuité écologique », depuis les réflexions sur sa socio-genèse et les questionnements sur son assise scientifique jusqu’aux évaluations économiques de la restauration en passant par les conflits qui entourent les opérations de renaturation, en l’occurrence dans le Finistère.

L’après-midi a été scandée en deux temps :

  • une présentation des possibilités d’emploi pour les docteurs en SHS par une consultante de l’association Bernard Gregory et de l’université franco-allemande.
  • une présentation du lauréat du prix SHF en sciences sociales, sur les mobilisations paysannes lors de la construction du grand barrage Gosikhurd en Inde centrale.

Les témoignages enthousiastes des participants de ces 1ères Doctoriales attestent de son succès. L’ambiance, la convivialité, et la qualité scientifique ont été unanimement reconnues. La présence de doctorants venant de différents horizons, la dynamique créée par la présence de chercheurs confirmés pour discuter ou présider les sessions, ainsi que l’intervention d’acteurs engagés témoignant de leurs expériences ont été particulièrement appréciés.

A travers les différents témoignages, il est apparu que ce type d’évènement manquait, surtout pour les Doctorants travaillant de façon isolée sur l’eau. La Demande est forte pour que les Doctoriales en Sciences Sociales de l’eau perdurent.

A l’issue de ces deux journées, il a été également demandé aux doctorants de proposer des pistes d’amélioration pour les prochaines éditions. Certains auraient aimé :

  • qu’il y ait un binôme de discutants : jeune chercheur/chercheur confirmé
  • un atelier de méthodologie sur la thèse, ou d’échange sur les difficultés
  • une restitution des discussions des sessions parallèles en plénières
  • une distinction entre doctorants en début et fin de thèse
  • une présence plus importante de la sociologie ou l’anthropologie (grande majorité d’économistes et géographes).
  • la liste et les mails des participants dans la sacoche, et l’accès à l’ensemble des powerpoints.
  • un job market montrant davantage l’ensemble des débouchés avec le témoignage d’anciens doctorants SHS sur l’eau travaillant dans le public ou privé.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *