Cécile Tindon

photo-de-profilMembre depuis septembre 2015, Administratrice du blog

Titre (provisoire) de la thèse : « Les vigies de l’eau : trajectoires d’engagement et contributions à la régulation des services »

Laboratoire : UMR GESTE (Engees/Irstea) Strasbourg

Contact: 06.30.58.21.59/ 03.88.24.82.56/ cecile.tindon[at]irstea.fr

Encadrement :

Directeur de thèse : Rémi Barbier (UMR GESTE, Strasbourg)

Co-encadrante : Christelle Gramaglia (UMR G-EAU, Montpellier)

Discipline : sociologie

Durée : novembre 2013 à novembre 2016

Travaux de recherche :

Questionnement général

Mes travaux de recherche traitent des mobilisations associatives pour la gestion de l’eau potable, en s’intéressant à leur structuration, aux acteurs qui les composent et à leurs effets sur la régulation du secteur. Nous entendons poser la question de ce que les mobilisations font à l’eau, tout en interrogeant en retour ce que l’eau fait aux mobilisations.

Les mobilisations pour l’eau potableaquarévolte

Ce champ associatif pour l’eau potable est très hétérogène, se constituant progressivement depuis les années 1990. Il se compose d’une multitude d’associations, souvent structurées autour de problématiques locales pour l’eau potable, qu’elles concernent le prix de l’eau, la qualité du service ou de la ressource, le suivi de l’application des contrats de délégation ou leur remise en cause. Les associations forment aussi des ensembles plus vastes, par la création de coordinations, régionales ou nationales, dit de défense et de promotion de l’ « eau bien commun ». En dépit d’une diversité des approches, liée à l’échelle d’intervention des associations (qu’elle soit locale, nationale, voire internationale) et des modes d’actions préconisés, les associations semblent se retrouver autour de la notion d’ « eau bien commun ». Celle-ci crée un consensus large, permettant de poser la définition de ce qu’est ou doit être l’eau mais aussi d’en déduire un certain nombre de principes de gestion.

Rarement inscrites dans une dimension uniquement consumériste, les associations ont aussi en commun de questionner la transparence du secteur de l’eau. Elles affirment la volonté d’une plus grande participation de l’usager ou du citoyen à la gestion de l’eau, intégrant par exemple les Commissions Consultatives des Services Publiques Locaux (CCSPL) ou les comités d’exploitation des régies. Elles organisant un suivi vigilant de l’activité des responsables de l’eau, élus comme services et délégataires, avec des exercices d’interpellation et de « mise à l’épreuve » des responsables dans les espaces de participation, mais également en dehors, par le biais de manifestations, de pétitions ou le relai de la presse locale.

Dans le cadre des travaux de recherche, nous nous intéressons à ce « flux continuel d’évaluations et de critiques de l’action des gouvernants par les gouvernés » (Rosanvallon, 2006) produit par les militants de l’eau, qui, en plus de porter un regard vigilant sur la régulation du secteur, proposent d’autres modalités pour gérer l’eau. Nous nous appuyons par exemple, sur les travaux de Pierre Rosanvallon (2006) dans la Contre Démocratie, de la politique à l’âge de la défiance en abordant ce « flux » comme un exercice démocratique de « citoyen vigilant », de « vigie de l’eau » et nous nous intéresserons à une contribution « civique », ou « sociale » des mobilisations à la régulation du secteur de l’eau, en en questionnant les modalités, les effets, et la durabilité.

Grands questionnements :

La recherche entend questionner ce champ associatif de l’eau hétérogène, sa structuration progressive, et ses effets, en s’intéressant, à deux dimensions principales : les  acteurs individuels et collectifs des mobilisations, et les effets des engagements militants sur la régulation du secteur.

Comment naissent et se développent des préoccupations et des revendications autour de la gestion de l’eau ? Quelles sont les personnes qui vont s’intéresser à ces questions, à partir de quelles appétences, compétences ou représentations ? Comment se développent les collectifs, se constituent puis se diffusent les connaissances et les compétences ? Comment sont dépassées la diversité des situations locales ou des divergences politiques au profit d’alliances, de coalitions de cause et de coopérations qui permettent la diffusion, dans l’espace public, de préoccupations majeures concernant l’eau potable ? Qu’est-ce que les collectifs produisent, en termes d’effets sur le secteur de l’eau, dans leurs apprentissages techniques et politiques, dans la progression de formes de contre-expertise profane, dans leur mise à l’épreuve des responsables du secteur, par leurs actes d’interpellation, de confrontation, mais aussi de coopération ?

Enquête de terrain et méthodologie :

La recherche, en sociologie, se mène sur trois terrains, autour d’associations et de collectifs locaux, mais aussi auprès de coordinations. Elle s’intéresse à une association et une coordination relativement ancienne mais toujours active autour de la région Rhône, à un collectif d’association plus récent dans l’Orléanais, et à la progression d’une coordination nationale, principalement impulsée par des acteurs associatifs franciliens.

Afin de retracer à la fois les trajectoires individuelles d’engagement des militants pour l’eau, mais aussi l’histoire des collectifs, des entretiens semi directifs sous formes de « récits de vie » sont menés avec les acteurs associatifs. Un certain nombre d’entretiens semi-directifs sont aussi menés avec d’autres acteurs du secteur, responsables associatifs, services de l’eau et de l’assainissement, services en charge des commissions consultatives, élus, journalistes…

Des séances d’observation participante sont également menées lors des réunions, manifestations, et événements liés aux mobilisations pour l’eau potable.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *