Guillaume Pfund

 Membre du réseau depuis février 2016

guillaume

Guillaume Pfund, doctorant     

Adresse mail : guillaume.pfund@gmail.com                                                                      Contact téléphonique : 06 83 86 09 32                                                                              Date de début de thèse : 2011
Directrice de thèse : Isabelle Lefort
Université : Lyon II Ecole Doctorale de Lyon, ED 483
Laboratoire de rattachement : UMR 5600, EVS : Environnement, Ville et Société
Discipline : Géographie économique

Sujet de thèse :
Exploitation d’une ressource naturelle souterraine : l’eau thermo-minérale, usages et enjeux de développement

Mots-clés : eau souterraine thermo minérale, ressource naturelle, multi usage, embouteillage, thermalisme, géothermie, facteurs de développement et de localisation

L’origine de mon projet de thèse :

Notre question de recherche a émergé autour d’une interrogation sur la difficulté de développement d’un site thermal implanté à proximité d’une usine d’embouteillage d’eau minérale. Cette réflexion a débuté dans un cadre professionnel au sein d’un groupe privé spécialisé dans le conseil, l’ingénierie et la gestion d’établissements thermaux pour le compte de collectivités territoriales. Confronté à la difficulté du projet de développement du site thermal de Contrexéville, il est rapidement apparu que le monde professionnel avait des lacunes de compréhension et de connaissances. Des questions restant sans réponses concernant les facteurs d’implantation, de réimplantation et de développement de sites à double usage : thermalisme et embouteillage.

Ces interrogations, qui émanent du terrain, ont été élargies par un questionnement scientifique dans le cadre d’une thèse de doctorat. Cette dernière porte sur l’analyse du tourisme thermal (santé et bien être) et l’industrie de l’embouteillage. L’usage de la géothermie basse température est abordé au second plan compte tenu de son caractère émergeant. Cette démarche dépasse le seul point de vue d’un exploitant privé car l’objectif est de proposer une approche à l’interface d’une logique productive centrée sur les usages économiques, et d’une logique territoriale.

L’objectif de ma thèse :

Le but de ce travail de recherche est d’alimenter une réflexion autour des facteurs qui influencent le développement des territoires et usages multiples liés à l’exploitation d’une ressource en eau thermo minérale.

L’objectif final de cette réflexion est de proposer un outil d’aide à la décision aux acteurs publics et privés. Ce dernier devrait permettre de comprendre les sous-jacents du développement et de la mise en valeur de manière optimale d’une ressource en eau.

Positionnement scientifique :

Cette démarche s’inscrit dans le cadre d’une  recherche appliquée, par opposition à une recherche fondamentale. L’objectif de cette production scientifique est donc dirigé vers l’acquisition de connaissances pour une application opérationnelle. Toutefois, en tant que chercheur indépendant, nous menons cette analyse en toute liberté académique, sans liens directs avec un opérateur économique. Aucun cahier des charges n’a contraint notre analyse dans le cadre d’un contrat CIFRE.

Le positionnement scientifique de ce travail de recherche s’inscrit dans deux courants : la géographie économique, et plus globalement la science régionale.

Terrain de recherche :

Les usages du sous sol sont ici définit en tant que réservoir et lieu de production sur un territoire à l’échelle d’un bassin versant correspondant à un gisement.

Le cadre géographique de notre étude concerne la France, dont les départements d’outre-mer, en raison des particularités juridiques nationales. Toutefois, la mise en perspective de l’analyse sera faite à l’échelle internationale, grâce à des comparaisons avec d’autres territoires comme la Belgique ou le Québec.

Parmi les 105 stations thermales et 50 usines d’embouteillage d’eau minérale en France, nous avons choisi de recentré notre analyse sur 30 sites multi usages (thermalisme, embouteillage, géothermie), dont :

-17 sites ayant un double usage actuel, dont 1 site qui souhaite développer un triple usage
– 9 sites ayant eu un double usage passé, dont 2 sites qui souhaitent redévelopper un double usage
– 4 sites mono usage, qui ont un projet d’usage multiple

Méthode :

Fidèle à la définition de la science régionale, l’objet de cette démarche est de partir de concepts fondamentaux ou de méthodes d’une discipline et d’aller à la rencontre d’autres disciplines afin d’enrichir la vision de l’objet à étudier. Cette thèse repose sur l’application de plusieurs méthodes issues de la géographie économique, l’économie spatiale et la sociologie. Enfin, plusieurs outils utilisés en bureau d’études sont utilisés.

Les données utilisées sont issues :

– d’entretiens semi-directifs réalisés par téléphone ou en face à face auprès des exploitants d’établissements thermaux, d’usine d’embouteillage et de collectivités territoriales locales,

– de bases documentaires variées comme les rapports d’activités, livres blancs, actes de colloques, bases de données juridiques Lamyline, base de données statistiques, ou articles de presse émanant : des fédérations processionnelles (Conseil National des Exploitants Thermaux et Chambre Syndicale des Eaux Minérales), d’organismes publics (Bureau de Recherche Géologique et Minière, Institut du Thermalisme), d’associations nationales et locales (Association Française des Techniques Hydrothermales, Association nationale des maires de communes thermales, Association Nationale des Industries Alimentaires, Fédération France Liberté), etc.

Thèmes de recherche :

Une des caractéristiques de la science régionale est son ouverture et le regard croisé sur un ensemble de disciplines comme : la géographie, l’économie, la science politique, l’aménagement et la sociologie. Cette thèse illustre bien ce courant par la pluridisciplinarité des thèmes analysés :

– La ressource naturelle : caractéristique du système hydrothermal et sa protection
– Les conflits d’usages,
– L’ancrage territorial,
– La localisation des usages et l’accessibilité du marché grâce aux transports,

Mes activités de chef de projet en bureau d’études :

Depuis 2011 : Chef de projet, développement économique et aménagement              Bureau d’études en économie des transports. Réalisation de 20 missions : étude de marché par filière économique, supply chain, faisabilité, master plan, schéma directeur et stratégique, impacts socio-économiques et environnementaux, ateliers de concertation.

2011 : Autoentrepreneur, 4 projets en co-traitance : aménagements liés à l’eau

2009-2011 : Consultant développement-aménagement
Bureau d’études et gestionnaire en thermalisme. Réalisation de 7 missions : étude de marché, d’aménagement et de faisabilités, programmation. Communication et marketing des sites en gestion.

Participation à des évènements scientifiques :

– IFSTTAR : journée doctorale en transport Éric Tabourin, Marne-la-vallée, octobre 2015, communication : dynamiques de transport : enjeu de développement des territoires et des activités industriels,
– LPED, journées doctorales, Marseille, mars 2015, communication et publication : les conflits d’usages liés à l’exploitation d’une ressource naturelle,
– EVS, congrès doctoral, Lyon, décembre 2013, présentation de poster : exploitation multisectorielle de ressources naturelles : accès à la ressource et mode de gestion des
acteurs,