Laurent Bruckmann

Membre depuis septembre 2015, Administrateur du blog

Rattachement: 
Doctorant à l’Université Paris-Diderot – UMR 8586 PRODIG
ATER à l’Université Paris 7 Diderot

Contact
Laboratoire de géographie UMR 8586 PRODIG
U.F.R Géographie, Histoire, Economie et Société (GHES)
Bâtiment Olympe de Gouges
8, place Paul Ricoeur
75013 Paris

laurent.bruckmann@univ-paris-diderot.fr

Discipline
Géographie

Thème de recherche
Etude des relations sociétés/environnement dans les plaines inondables des espaces tropicaux. Si dans mes recherches les crues sont abordées comme un risque, elles sont surtout abordées comme une ressource pour les populations riveraines.

Terrains de recherche
Mes terrains d’études sont l’Afrique de l’Ouest (Vallée et Delta du fleuve Sénégal) et les espaces ultra-marins français (Antilles, Réunion, Mayotte et Guyane).

Recherche en cours
Titre de la thèse : Intégration et gestion des zones inondables dans un territoire sahélien en mutation : la moyenne vallée du fleuve Sénégal.

L’Afrique de l’Ouest a été frappé dans les années 1970 par une sécheresse importante. La moyenne vallée du Sénégal, vaste zone humide alluviale en milieu sahélien, a montré une forte vulnérabilité. Néanmoins, du fait de son abondance en eau la plaine inondable est un espace aux enjeux importants pour le développement agricole du Sénégal. Les pouvoirs publics ont répondu à la diminution des ressources en eau par le développement de l’agriculture irriguée et la régulation du fleuve par l’intermédiaire de deux barrages (Manantali et Diama). Malgré la multiplication des aménagements hydro-agricoles l’irrigation peine à atteindre ses objectifs de sécurité alimentaire et de développement économique, amenant à s’interroger sur l’artificialisation constante de ce milieu semi-aquatique. Les plaines inondables sahéliennes sont des territoires de forte multifonctionnalité (services éco-systémiques, ressources naturelles, agriculture). Malgré ce constat les zones inondables traditionnellement utilisées par l’agriculture de décrue et la pêche sont les grands oubliés des projets de développements et de la gestion internationalisée de l’eau du bassin.
L’objet de la thèse est de définir le rôle actuel des zones inondables au sein du territoire de la moyenne vallée du Sénégal. Quelle place existe-t-il pour les activités utilisant l’inondation comme ressource face à la réorganisation socio-spatiale qui s’opère actuellement autour de l’irrigation ? La thèse va également permettre de connaître les stratégies d’adaptation des populations locales à l’évolution des ressources en eau disponibles (irrigation, inondation, forage…) et l’irrégularité des crues liée à l’artificialisation du régime hydrologique qui rend vulnérable les zones inondables.

Directeur de thèse : Gérard Beltrando (Christine Raimond et Gilles Arnaud-Fassetta)

Mots-clés
Inondation, plaine inondable, bassin transfrontalier, irrigation, vulnérabilités, résilience, système socio-écologique, développement rural, sécurité alimentaire, Afrique de l’Ouest, Sénégal,

Publications sur le blog S-Eau-ciétés

Petit billet pour une longue conférence : retour sur la place de l’eau dans la COP21

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *